Hors cadre

Hors Cadre

Sidi Larbi Cherkaoui,
Fana Tshabalala
Tarifs:
Dès CHF 17.-
sam. 21 nov.20H
dim. 22 nov.15H
mer. 25 nov.20H
jeu. 26 nov.20H
ven. 27 nov.20H
sam. 28 nov.08H
dim. 29 nov.15H
Le futur chemin à travers des embuscades est une continuation de l’ancien chemin par lequel les survivants du passé sont venus.

John Berger, Introduction to Pig Earth

Infos et distribution

Présentation

Infos et distribution

Sidi Larbi Cherkaoui, Fana Tshabalala
Modeste Moussorgsky / Maurice Ravel, Benjamin Magnin

Ballet du Grand Théâtre de Genève
Du 21 au 29 novembre 2020
Bâtiment des Forces Motrices

Better Sun

Création mondiale
Chorégraphie et scénographie Fana Tshabalala
Éclairages Mandla Mtshali
Costumes Caroline Bault
Musique Benjamin Magnin

Exhibition

Créé pour le Ballet Vlaanderen en 2016
Chorégraphie Sidi Larbi Cherkaoui
Scénographie et costumes Tim Van Steenbergen
Dramaturgie Koen Bollen
Lumières Fabiana Piccioli
Piano Chiara Opalio
Musique Tableaux d’une exposition de Modeste Moussorgsky  / Maurice Ravel (version orchestrée)

 

Avec le soutien de :

Présentation

Si le jeune chorégraphe Fana Tshabalala, présent pour la première fois sur la scène du Grand Théâtre de Genève, a dans sa courte carrière déjà investigué la notion de «l’homme idéal» dans diverses sociétés, cette fois-ci c’est la recherche d’un monde meilleur qu’il vise. Sa création Better Sun thématise le départ vers un univers inconnu, sans limites mais plein d’horizons. Un départ douloureux mais un voyage plein d’espoir car c’est avec le seul bagage de leur corps que les danseurs y explorent le désert qui s’ouvre à eux, sans déchirement car sans attachements ni racines.
Nul ne sait si le voyage est long, pas plus qu’où il mène. Le Sud-Africain fait un clin d’œil aux réfugiés qui parsèment les routes et à l’absurdité des déroutes politiques qui y répondent. Benjamin Magnin, que l’on retrouvera aussi sur le dernier ballet de la saison, l’accompagne sur ce chemin vibrant des mirages de l’espoir, avec une création musicale développée autour du Boléro de Ravel, entre ritournelles et sons nouveaux.
La star de la danse belge et mondiale Sidi Larbi Cherkaoui revient au Grand Théâtre après le grand succès de Fall la saison passée. Des Fata Morgana, il y en a plein qui peuplent sa pièce Exhibition. L’espace est certes plus clos que dans l’horizon des possibles de la création de Tshabalala, mais une fois que le tableau est posé, Cherkaoui ne tarde pas à chercher l’au-delà du tableau. Même si c’est dans la version orchestrée postérieure de presque 50 ans de Ravel que la partition est la plus connue, Les Tableaux d’une exposition de Moussorgsky, une des seules pièces instrumentales de ce pianiste virtuose qui ne composa nonobstant presque uniquement pour l’opéra, baladent l’auditeur d’un tableau à l’autre. D’une vision à l’autre, la «Promenade» revient avec la monotonie du mouvement perpétuel. Revenir toujours à un point fixe, toujours à nouveau recommencer, peu importe l’avant, peu importe l’après, énerve et réjouit. Tel un jour perpétuel toujours changeant d’humeurs et de couleurs, comme un de ces jeux auxquels on ne peut échapper même quand on est renvoyé à nouveau à la case départ, Exhibition regarde en dehors du tableau et joue avec ce regard, du spectateur au créateur, du danseur au portrait. Ainsi la chorégraphie s’échappe du principe de réalité et superpose les couches jusqu’à ce que tous les contours s’estompent.

Hors Cadre à La Plage

Conférence 12.11.2020
Atelier public 14.11 2020
Répétition publique 14.11 2020
Apéropéra 19.11.2020

#WeArtGTG

Tout l’univers du GTG. Ici, là, partout.

Restez connecté avec le GTG