Le Messie

Le Messie

Oratorio de Georg Friedrich Haendel
Tarifs:
Dès CHF 17.-
dim. 4 oct.20H
lun. 5 oct.20H

Aperçu

Nous étions tous errants comme des brebis. (…) Mais le Seigneur a pris sur Lui toutes nos iniquités.

Isaïe, 53:6

Infos et distibution

Œuvre

Infos et distibution

Oratorio de Georg Friedrich Haendel

Livret d’après des textes bibliques assemblés par Charles Jennens
Créé à Dublin en 1742
Version allemande arrangée par
W.A. Mozart et créée à Vienne en 1789
Traduction allemande de Christoph Daniel Ebeling et Friedrich Gottlieb Klopstock
En coproduction avec la Stiftung Mozarteum Salzburg, les Salzburger Festspiele et le Théâtre des Champs-Élysées

Chanté en allemand avec surtitres en français et anglais

 

DISTRIBUTION
Direction musicale Marc Minkowski
Mise en scène, scénographie et lumières Robert Wilson
Costumes Carlos J. Soto
Co-mise en scène Nicola Panzer
Collaboration à la scénographie Stephanie Engeln
Collaboration aux lumières John Torres
Vidéo Tomasz Jeziorski
Direction des chœurs Walter Zeh

Soprano Elena Tsallagova
Alto Helena Rasker
Ténor Stanislas de Barbeyrac
Basse José Coca Loza
Danseur Alexis Fousekis
Un vieil homme Max Harris
Un enfant Leopoldine Richards

Philharmonia Chor Wien
Les Musiciens du Louvre

RW Work, Ltd, New York, est le représentant de Robert Wilson
www.robertwilson.com

 

Avec le soutien de :

MADAME ALINE FORIEL-DESTEZET

Œuvre

Avec Le Messie, nous plongeons déjà, avant Parsifal et Paulus, à venir dans la saison, dans les histoires de foi, de salut et de résurrection. Si L’Affaire Makropoulos, qui suit cette production invitée présente une vie éternelle mais artificielle, il s’agit au contraire dans ce chef d’œuvre du contemporain de J.S. Bach et d’Antonio Vivaldi, le grand Georg Friedrich Haendel, aux vies et aux styles multiples, de glorifier le créateur et sa créature dans sa finitude. Alors qu’il est sur le point de mourir, Haendel reçoit encore un sursis pour composer en 24 jours, comme dans un souffle divin, ce grand oratorio, comme le raconte si bien Stefan Zweig dans sa nouvelle La résurrection de Georges- Frédéric Haendel. Quelques mois plus tard, le 13 avril 1742, Messiah sera inauguré à Dublin. Haendel mourra finalement exactement 17 ans plus tard, non sans avoir écouté une dernière fois sa pièce favorite.
La version présentée ici par le cultissime Robert Wilson, pour sa seconde production au Grand Théâtre (et la première sur la scène de la place de Neuve !), nous vient avec un détour double par l’Autriche : d’abord, puisqu’elle nous vient de la Mozartwoche de Salzbourg où elle a été présentée en janvier 2020 et puis, parce que c’est en effet la version allemande de 1789, arrangée par le génie de W.A. Mozart. Né trois ans avant la mort du maître, le jeune Mozart se plia à la demande du très connu mécène et franc-maçon Gottfried van Swieten qui, amoureux des oratorios de Haendel, commandera et travaillera lui-même plus tard aux livrets des deux oratorios en langue allemande de Joseph Haydn sur des textes de John Milton La Création et Les Saisons.
Au côté de solistes choisis par ses soins, Marc Minkowski, que l’on a pu écouter la saison passée à la tête de l’OSR dans Les Huguenots, sera présent à cette occasion avec ses Musiciens du Louvre, ensemble qu’il mène depuis sa fondation en 1982 et avec lequel il continue d’explorer les territoires méconnus ou au contraire trop connus du répertoire et à accumuler les récompenses discographiques.

Le Messie à La Plage

Intropéra 45 minutes avant chaque représentation

#WeArtGTG

Tout l’univers du GTG. Ici, là, partout.

Restez connecté avec le GTG


Crédits
MESSIAS © Lucie Jansch