Le Soldat de plomb

Le Soldat de plomb

Opéra de Jérémie Rhorer

REPORTÉ
Info

Information

Report des représentations du Soldat de plomb
Suite aux directives fédérales et cantonales relatives à la lutte contre la propagation du virus Covid-19, le Grand Théâtre de Genève se voit dans l’obligation de reporter à une date ultérieure les représentations du Soldat de plomb prévues du 28 février au 2 mars 2021.
Nos abonné·e·s ainsi que les détentrices et détenteurs de billets pour cet évènement seront contacté·e·s par email.

 

 

Il y avait une fois vingt-cinq soldats de plomb, tous frères, car ils étaient nés d’une vieille cuiller de plomb. L’arme au bras, l’œil fixe, l’uniforme rouge et bleu, quelle fière mine ils avaient tous !

Hans Christian Andersen, L’Intrépide Soldat de plomb

Infos et distribution

Présentation

Infos et distribution

Opéra de Jérémie Rhorer
Livret de Fabienne Vegt d’après la pièce de Jan Sobrie
Adapté du conte de Hans Christian Andersen

Création mondiale

En collaboration avec la classe de direction d’orchestre et l’orchestre de la HEM

 

DISTRIBUTION
Direction musicale Dimitri Soudoplatoff
Mise en scène Jan Sobrie
Scénographie Giovani Vanhoenacker
Chorégraphie et dramaturgie Fabienne Vegt

Le Garçon Alexander Marev
La Mère Clémence Tilquin
Le Père Henry Neill
La Princesse de la lune Lucie Roche
Le Rat Julien Henric
La Ballerine Lola Kervoedan

Musicien·ne·s de la Haute école de Musique de Genève (HEM)

 

Avec le soutien de :
FAMILLE LUNDIN

Présentation

C’est l’anniversaire du gamin. La fête est un peu gâchée : Papa n’est pas là. Il va devoir « rester loin de la maison plus longtemps que prévu ». Mais il a envoyé un cadeau. Chouette, une boîte de soldats de plomb ! Oups, il y en a un qui est cassé. Il lui manque quelque chose… Au rythme des tambours battants, pour oublier l’absence du Père et les sanglots de la Mère, le Garçon et son Soldat de plomb s’évadent, loin des quatre murs de la chambre d’enfant. Rattrapés tour à tour par les cauchemars et les rêves, mais jamais par la réalité.
Jérémie Rhorer, Jan Sobrie et Fabienne Vegt transforment L’intrépide soldat de plomb, le célèbre conte de Hans Christian Andersen en une fable contemporaine où le jeune héros surmonte un divorce difficile à travers une aventure folle et colorée, impliquant pêle-mêle des jouets brisés, un piano à queue et une vraie ballerine. Et ce qui n’était qu’un simple « il était une fois » devient un opéra où l’imaginaire est une arme qui aide à dépasser les conflits des adultes.

#WeArtGTG

Tout l’univers du GTG. Ici, là, partout.

Restez connecté avec le GTG

Ma Newsletter

Lucie Roche

Messo-soprano

Lucie Roche est née à Marseille, elle y a suivi le cursus du conservatoire et étudié au CNIPAL (Centre National d’Insertion Professionnelle des Artistes Lyriques). Elle est depuis régulièrement invitée pour chanter les rôles de Carmen, Dulcinée (Don Quichotte), Waltraute et Grimgerde (Die Walküre), Nicklausse, La Muse (Les Contes d’Hoffmann), Olga (Eugène Onéguine), la Princesse Clarice (L’Amour des trois oranges) ou Alisa (Lucia di Lammermoor) entre beaucoup d’autres, ainsi que pour les recréations de Les Amants Magnifiques de Molière et Lully en tournée avec Le Concert Spirituel et de L’Oristeo de Cavalli avec le Concerto Soave.
Elle participe aux créations des opéras de Jonathan Dove au Festival d’Aix en Provence Le Monstre du Labyrinthe sous la direction de Sir Simon Rattle et de Jean-Claude Petit à l’Opéra de Marseille Colomba sous la direction de Claire Gibault.
Elle a interprété lors de festivals et saisons symphoniques Des Knaben Wunderhorn de Mahler, El amor brujo de De Falla, Elias de Mendelssohn, la Missa Solemnis de Beethoven, le Requiem de Duruflé, la Petite Messe Solennelle et le Stabat Mater de Rossini, le Requiem et la Messe du Couronnement de Mozart, le Gloria et le Dixit Dominus de Vivaldi, le Stabat Mater de Pergolese, le Messie et le Dixit Dominus de Haendel ou encore Les Sept dernières paroles du Christ de Haydn.
Outre la création du Soldat de Plomb de Jérémie Rhorer au Grand Théâtre de Genève cette saison, Lucie participera aussi entre autres à la Petite Messe Solennelle de Rossini à l’Opéra de Tours, la Missa Solemnis de Beethoven avec l’orchestre d’Avignon-Pays de Vaucluse et Jeanne d’Arc au bûcher au Festival de Pâques d’Aix en Provence.

Henry Neill

Baryton

Le jeune baryton anglais Henry Neill, membre de 2017-2019 du Deutsches Nationaltheater Weimar , y a chanté les rôles de Papageno, Maseto, Il conte, Silvano, Angelotti ou encore de Freddy dans My fair Lady. Il a d’ailleurs été nominé par le magazine Openrwelt comme „meilleur chanteur débutant“. Depuis il a chanté pour l’Opera på Skäret (Suède) et l’Opera North (UK).
Ses performances comprennent des récitals au Wigmore Hall au Holland Festival, la « Serenade to music » avec l’orchestre symphonique de Birmingham, des apparitions sur In Tune de la radio BBC 3, « Six songs from A Shropshire Lad » de Butterworth avec orchestre dirigé par Sir Mark Elder, un récital avec Simon Lepper au North Norfolk Music Festival, des récitals au Oxford Lieder Festival, au Leeds Lieder Festival, au Two Moors Festival et des apparitions sur la radio néerlandaise Radio 4.

Clémence Tilquin

Soprano

Après avoir obtenu son Master de violoncelle ainsi que son Master de chant à la Haute Ecole de Musique de Genève, la jeune soprano lyrique Clémence Tilquin fait ses débuts à l’Opéra royal de Wallonie et dans la troupe du Grand Théâtre de Genève. Elle entame alors une carrière internationale dans des rôles tels que Adina (L’elisir d’amore), Elettra (Idomeneo/Mozart), Lauretta (Gianni Schicchi), Alcina (Orlando), Fiordiligi (Cosi fan lutte).
Elle chante au Théâtre des Champs Elysées, à Bregenz, au Festival d’Aix en Provence, à l’Opéra Royal de Versailles, à l’Opéra de Montpellier, sous la direction de Jean-Claude Malgoire, John Nelson, Emmanuel Krivine, James Loughran, Michail Jurowski. En tant que concertiste, elle s’est produite avec l’Ensemble Intercontemporain et différents orchestres européens, au Muziekgebouw d’Amsterdam, au Tokyo Bunka Kaikan, au KKL. Parmi ses enregistrements récents, on peut citer Proserpine de Saint-Saëns à Munich, avec l’Orchestre de la Bayerische Rundfunk. En 2021, elle fera ses débuts canadiens à Montréal dans le rôle de Vitelia dans La clemenza di Tito.

Alexander Marev

Ténor

D’origine polonaise et bulgare, le très jeune ténor Alexander Marev étudie depuis 2016 à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth auprès du baryton José van Dam en tant que Young Artist in residence.

Fabienne Vegt

Chorégraphe, dramaturge

Fabienne Vegt dramaturge et ancienne danseuse (Dutch National Ballet, Nederlands Dans Theater, Troubleyn-Jan Fabre), travaille internationalement pour la danse, le théâtre et l’opéra. La plupart de ses collaborations sont des projets inter-disciplinaires avec des artistes qui travaillent sur la musicalité de la représentation, que celle-ci consiste en une œuvre intimiste ou en un opéra de grande envergure. Diplômée du Master de dramaturge de l’Université d’Amsterdam, Fabienne a travaillé avec de nombreuses compagnies et institutions, dont le Dutch National Opera & Ballet, le Nederlands Dans Theater, le Schauspielhaus Zürich, le Ballet Moscou ou encore le Birmingham Royal Ballet.

Jan Sobrie

Metteur en scène

Jan Sobrie (1979) est un auteur, comédien et metteur en scène belge. Il a travaillé pour de nombreuses compagnies en Belgique, en France, en Allemagne et en Suisse. En 2009, il est nominé pour le Prix Culturel Flamand. En 2010, il reçoit le Prix « de gouden klaproos » de la SABAM pour l’ensemble de son œuvre théâtrale. Sa pièce Titus a remporté de nombreux prix en Europe et aux Etats Unis. Ses pieces Zolderling, Titus, Fimosis ont été selectionnées pour le theaterfestival belge et sont traduites en français, anglais et allemand. Sa pièce Bekdichtzitstil a été selectionné pour le theaterfestival hollandais et reçoit le prix  “de zilveren krekel”.
Plus récemment, Jan Sobrie a mis en scène Nachspielzeit pour le Schauspielhaus Zürich et à Leipzig, il a fait le mise-en-scène pour Wutschweiger (Theater Artemis), une piècé qu’il a écrit et qui a gagné de nombreux prix en Allemagne, parmi lequel “le Deutscher jugendtheaterpreis 2020.”
Ses futures projects sont une mise-en scène d’une adaption de “La Tempête” de Shakespeare par Tom Lanoye et une réinterprétation et mise-en-scène du cycle Winterreise avec Muziektheater transparant et opera Ballet vlaanderen.

Dimitri Soudoplatoff

Chef d’orchestre

Chef d’orchestre, compositeur et arrangeur formé à la HEM de Genève dans la classe de Laurent Gay et au CNSM de Paris, Dimitri Soudoplatoff a dirigé plusieurs orchestres et chœurs professionnels dont l’Orchestre National de Metz, le Bulgarian Symphony Orchestra, le Pärnu City Orchestra, ainsi que le Jeune Chœur de Paris et la Maîtrise de Notre-Dame.

Violoncelliste de formation, initié à la direction par Jean-Sébastien Béreau, Julien Leroy et Georges Pehlivanian au CNSMDP, il y obtient également ses prix d’écriture, d’orchestration et de production musicale auprès de Thierry Escaich, Fabien Waksman, Marc-André Dalbavie, ainsi qu’au CRR d’Aubervilliers dans la classe de Guillaume Connesson.

Musicien aux horizons éclectiques, très proche des musiques actuelles, il a collaboré avec des artistes comme Fiona Monbet, Fred Pallem, Art Zoyd et Melody Gardot.

 

Julien Henric

Ténor

Révélation lyrique 2018 de l’ADAMI et 2e Prix 2019 des Symphonies d’automne de Mâcon, Julien Henric est membre du Jeune Ensemble du Grand Théâtre de Genève en 2020-2021, où il chantera Gastone (La Traviata), 1er Chevalier du Graal/3e Écuyer (Parsifal), Cacambo/Señor/Henry VIII (Candide) et le Rat/ le Juge (Le Soldat de plomb). Après des études d’ingénierie, il est diplômé du CRR de Lyon puis admis en 2017 au CNSMD de Lyon, dont il sort diplômé en 2020. Lauréat de trois prix au Concours Raymond Duffaut en Avignon en 2018, il débute sur scène cette même année, dans les rôles de Pâris (La Belle Hélène) à l’Opéra de Dijon et d’Alfredo (La Traviata) au Festival Lyrique en Lyonnais, il est aussi Polidoro (Il Flaminio) au TNP de Villeurbanne et Tamino (Die Zauberflöte) en 2019. Passionné par le lied allemand, il s’est produit dans les Dichterliebe de Schumann et le Winterreise de Schubert.