Pelléas et Mélisande

Pelléas et Mélisande

Drame lyrique de Claude Debussy

Disponible en streaming le 19 janvier 2021 sur GTG digital
Streaming

Streaming

Pour cause de pandémie, l’opéra Pelléas et Mélisande sera diffusé sur GTG digital jusqu’au 31 janvier 2021.

Info

Information

Annulation des représentations de l’opéra Pelléas et Mélisande
Suite aux directives fédérales et cantonales relatives à la lutte contre la propagation du virus Covid-19, le Grand Théâtre de Genève se voit dans l’obligation d’annuler les représentations de l’opéra Pelléas et Mélisande prévues du 18 au 28 janvier 2021.
Nos abonné·e·s ainsi que les détentrices et détenteurs de billets pour cet évènement seront contacté·e·s par email.

 

Préambule

Aperçu

Si j’étais Dieu, j’aurais pitié du cœur des hommes.

Maurice Maeterlinck

Infos pratiques

Distribution

Œuvre

Infos pratiques

Drame lyrique de Claude Debussy

Livret du compositeur d’après la pièce de Maurice Maeterlinck
Créé en 1902 à Paris
Dernière fois au Grand Théâtre de Genève 1999-2000
En coproduction avec l’Opera Ballet Vlaanderen,
Les Théâtres de la Ville de Luxembourg et Göteborgs Operan

Chanté en français avec surtitres en français et anglais

 

Avec le soutien de :

MADAME BRIGITTE LESCURE


Partenaire du Ballet du Grand Théâtre de Genève

FONDATION USINE
Partenaire de l’art contemporain à l’opéra

Distribution

Direction musicale Jonathan Nott
Mise en scène et chorégraphie Damien Jalet & Sidi Larbi Cherkaoui
Scénographie et concept Marina Abramović
Costumes Iris van Herpen
Lumières Urs Schönebaum
Vidéo Marco Brambilla
Dramaturgie Koen Bollen
Dramaturgie musicale Piet De Volder
Direction des chœurs Alan Woodbridge

Pelléas Jacques Imbrailo
Mélisande Mari Eriksmoen
Golaud Leigh Melrose
Arkel Matthew Best
Geneviève Yvonne Naef
Yniold Marie Lys
Un médecin / Un berger Justin Hopkins

Danseurs
Shawn Fitzgerald
Ahern Oscar Ramos
Robbie Moore
Pascal Marty
Jonas Vandekerckhove
Xavier Juyon*
Valentino Bertolini*
Carl Crochet

*Danseurs du Ballet du Grand Théâtre de Genève

La Fille de Mélisande (rôle muet) Agathe Liechti

Chœur du Grand Théâtre de Genève
Orchestre de la Suisse Romande

Œuvre

Perdu dans une forêt, Golaud rencontre une jeune fille mystérieuse pleurant au bord d’une fontaine. Elle a fui ceux qui lui faisaient du mal et elle s’appelle Mélisande. Golaud la persuade de l’épouser et de venir avec lui en Allemonde, où son père le roi Arkel les accueille dans son sombre château. Misère et famine règnent en Allemonde mais au château les choses essentielles sont gardées sous silence. Ses habitantes et habitants sont la proie de traumatismes et de désirs refoulés. Il n’y a qu’avec Pelléas, le demi-frère de Golaud, que Mélisande se retrouve dans la conscience partagée que l’essentiel n’est pas toujours le visible. Une triangulation fatale se développe entre Mélisande et les deux frères.
La pièce de théâtre Pelléas et Mélisande (1893) de Maurice Maeterlinck fait partie des œuvres-phares du mouvement symboliste, dans lequel tant d’autres artistes belges comme Émile Verhaeren, Georges Rodenbach ou James Ensor se sont illustrés. Claude Debussy fut l’un des nombreuses et nombreux musiciens à succomber au mystère intemporel de Pelléas et Mélisande et demanda à Maeterlinck d’adapter sa pièce en un livret pour le seul véritable opéra qu’il écrivit : « J’ai voulu que l’action ne s’arrêtât jamais, qu’elle fût continue, ininterrompue. Je n’ai jamais consenti à ce que ma musique brusquât ou retardât, par suite d’exigences techniques, le mouvement des sentiments et des passions de mes personnages. » Le caractère anti- rhétorique de Pelléas, qui évite soigneusement tout geste emphatique, en a fait le vaisseau-amiral des anti-Wagnériens, même si l’opéra de Debussy est une réponse moderniste audible à Tristan und Isolde et Parsifal.
La mise en scène de ce long rêve organique et lyrique unit les deux artistes chorégraphes belges Sidi Larbi Cherkaoui et Damien Jalet à la légendaire plasticienne et performeuse d’origine serbe Marina Abramović. Ensemble, ils font leur matière du cycle ininterrompu de la vie et de son lien inhérent au cosmos, refusant comme Debussy toute illustration, mais jetant des rais de lumière cosmique çà et là sur les énergies invisibles et les émotions cachées des personnages. Huit danseurs accompagnent et expriment l’intériorité des sentiments des solistes, tandis que la grande dame de la haute couture d’avant-garde Iris van Herpen habille leurs mailles invisibles. Il appartiendra à Jonathan Nott, à la tête de son Orchestre de la Suisse Romande, de faire naître le frémissement mystérieux qui rend ce drame fragile si irrésistible.

Autour

Conférence

Pelléas et Mélisande Les vertiges de l’inconscient
Une conférence de Christian Merlin

« Je ne pourrai plus sortir de cette forêt ». Ainsi s’ouvre Pelléas et Mélisande, sous le signe de l’enfermement définitif. Mais cette forêt où l’on se perd, n’est-ce pas l’inconscient de personnages qui semblent avoir refoulé les pires secrets? Cette conférence sous forme d’enquête se propose de donner quelques clés pour s’y retrouver dans le labyrinthe mental d’une famille où le non-dit le dispute au mensonge.

Pelléas et Mélisande à La Plage

Conférence 8.1.2021 – ANNULÉ
Apéropéra 14.1.2021 – ANNULÉ
Atelier public 16.1.2021 – ANNULÉ
En coulisse 20.1.2021 – ANNULÉ
Intropéra – ANNULÉ

#WeArtGTG

Tout l’univers du GTG. Ici, là, partout.

Restez connecté avec le GTG

Ma Newsletter

Crédits
Pelléas et Mélisande © GTG / Magali Dougados

Nicolas Testé

Basse

Le basse français Nicolas Testé a étudié le piano, le basson et l’histoire de la musique à Paris avant de se lancer dans une carrière de chanteur. Il a obtenu en 1998 le deuxième prix du concours « Voix Nouvelles ». Nicolas Testé est régulièrement invité dans de nombreuses maisons d’opéra de renommée mondiale telles que le Metropolitan Opera, le Bayerische Staatsoper, le Los Angeles Opera, le Deutsche Oper Berlin, l’Opéra national de Paris et le Grand Théâtre de Genève. Son vaste répertoire comprend des rôles dans Iphigénie en Aulide (Agamemnon), Roméo et Juliette (Frère Laurent), Manon (Des Grieux), Carmen (Zuniga), La Bohème (Colline), Samson et Dalila (Abimelech), Hamlet (Claudius), Il trovatore (Ferrando), Die Zauberflöte (Sarastro), entre autres. Au cours de la saison 2019/20, Nicolas Testé s’est produit sur la scène de la Scala dans le rôle du Frère Laurent dans la somptueuse production de Bartlett Sher de Roméo et Juliette de Gounod. Le concert le plus marquant de Testé en 2019/20 a été le gala du Met Opera At-Home avec Diana Damrau. La saison 2020/21 de Nicolas Testé a été gravement affectée par les annulations de COVID-19, à l’exception des concerts des Royal Affairs à Sofia. Les représentations annulées en raison de la pandémie comprennent son Arkel dans Pelléas et Mélisande au Teatro alla Scala, rôle qu’il chante en live au Grand Théâtre de Genève, dans la production événement Cherkaoui/Jalet/Abramović.

© Clive Barda

Marie Lys

Soprano

Premier prix du Concours d’Opéra baroque Cesti 2018 et du Concours international de Bel canto Vincenzo-Bellini 2017, Marie Lys a chanté sous la direction de chefs d’orchestre tels que Diego Fasolis, Laurence Cummings, Michel Corboz, Christian Curnyn, Daniel Reuss et Guillaume Tourniaire dans de nombreux festivals dont Ambronay, Göttingen, Halle, La Folle Journée, Verbier, MITO et Utrecht. Elle s’est produite aux côtés d’artistes de renom comme Dmitry Sinkovsky et Dorothee Oberlinger. Elle s’est aussi produite au Wigmore Hall, à Buckingham Palace et au Kings Place (Londres), à l’Auditorio Nacional de Música (Madrid), à la Sociedad Filarmónica (Bilbao), au Centro Cultural de Belém (Lisbonne), à la Casa da Música (Porto), au Forum international de Tokyo et au Yomiuri Otemachi Hall (Tokyo). Sur la scène lyrique, elle a interprété les rôles d’Adélaïde (Lotario) au Konzert Theater Bern et au Festival international Haendel de Göttingen, de Dalinda (Ariodante) au Festival Haendel de Londres, de Cléopâtre (Giulio Cesare in Egitto) au Bury Court Opera, Lisa (La Sonnambula), Adele (Die Fledermaus) et L’Amour (Orphée et Eurydice) à l’opéra de Lausanne, Asteria (Tamerlano) au Festival de Buxton, Nanetta (Falstaff) pour le Woodhouse Opera, et Lauretta (Gianni Schicchi) au Festival Les Azuriales. Marie Lys a reçu les prix du public au Concours de chant de Toulouse (2019) et au London Handel Singing Competition (2016). Elle a remporté le premier prix du concours de musique historique Göttinger Reihe avec l’ensemble Abchordis (2015), qu’elle a cofondé en 2011. Leurs deux enregistrements, Stabat Mater et Dies Irae, ont été publiés par Sony DHM. Après une licence en musique à la Haute École de Musique de Lausanne avec un prix pour le meilleur récital, Marie a étudié au Royal College of Music de Londres où elle a obtenu un diplôme avec mention très bien en 2014, avant de rejoindre leur École internationale d’opéra, où elle a obtenu en 2016 un diplôme d’artiste en opéra. En août 2020, Marie apparaît dans le rôle de Marcellina dans la rareté Leonora de Ferdinando Paër sous la direction d’Alessandro De Marchi au Festival d’Innsbruck. Elle a récemment enregistré l’opéra Argippo de Vivaldi, longtemps perdu, sous la direction de Fabio Biondi avec Europa Galante. Publié par Naïve en novembre prochain, il sera suivi d’une tournée en Europe et en Asie. Toujours avec Maestro Biondi, elle interprétera Bellezza dans le Trionfo del Tempo e del Disinganno de Haendel à Grenade. Pour sa saison 2020/2021, le Grand Théâtre de Genève a confié à Marie, les rôles de Servilia (La Clemenza di Tito), Second Woman & Second Witch (Dido and Æneas) et Yniold (Pelléas et Melisande).

Justin Hopkins

Basse-baryton

Membre de la Jeune troupe du Grand Théâtre de Genève, Justin Hopkins est déjà célébré dans la presse internationale pour sa « présence convaincante » et sa voix de basse-baryton « parfaitement calibrée ». Il a débuté à l’Opera Vlaanderen dans les rôles de Lord Krishna et Parsi Rustomji dans Satyagraha de Philip Glass en 2018 et par la suite a interprété Gessler dans Guillaume Tell et Oroveso dans Norma à l’Opera Southwest. Il se distingue également en concert dans la 9ème Symphonie de Beethoven avec Los Angeles Chamber Orchestra et dans le Requiem de Mozart et War Requiem de Britten avec Dayton Philharmonic. Il se produit régulièrement au Symphony Hall de Boston et avec l’ensemble Boston Pops, ainsi qu’avec le BBC Concert Orchestra à Londres sous la direction de Keith Lockhart.

© Marco Borggreve

Yvonne Naef

Mezzo-soprano

La suissesse Yvonne Naef est une des mezzo-sopranos les plus demandées sur les scènes d’opéra aussi bien que de concert. Son vaste répertoire comprend les grands rôles verdiens dans Aida, Il Trovatore, Don Carlo, Un ballo in Maschera qu’elle interprète sur les scènes du Metropolitan Opera, Covent Garden, les opéras de Vienne et de Paris. Dans le répertoire français elle excelle dans Ariane et Barbe-Bleue, Carmen, Les Troyens et La damnation de Faust et affectionne également les opéras russes. Elle se distingue aussi dans le répertoire wagnérien en Brangäne dans Tristan und Isolde, dirigé par Sir Simon Rattle à l’opéra de Vienne, Fricka dans le Rheingold à l’Opéra de Paris sous la baguette de Philippe Jordan et au Hamburg State Opera et Kundry dans Parsifal à Zurich. Récemment, elle incarne Mrs. Quickly dans Falstaff au festival Mostly Mozart de New York, à Verbier et à Zurich, où elle interprète Geneviève avant de la présenter également au public genevois. Parmi ses enregistrements distingués par de prestigieux prix internationaux figurent Il Trovatore, Das Rheingold et Die Walküre, Penthesilea de Othmar Schoeck, Gurrelieder de Schoenberg, la 9ème Symphonie de Beethoven et Poèmes pour Mi de Messiaen. Depuis 2014 elle enseigne à l’Académie des arts de Zurich.

Leigh Melrose

Baryton

Diplômé du St John’s College Cambridge et du Royal Academy of Music, le baryton Leigh Melrose se produit sur les scènes du monde entier. Il chante Demetrius dans A Midsummer Night’s Dream à La Monnaie, Escamillo au Royal Albert Hall et avec CBSO sous la direction de Sakari Oramo, Figaro dans Il Barbiere di Siviglia au New York City Opera, Silvio dans Pagliacci au Welsh National Opera, ainsi que le rôle-titre d’Eugène Onéguine à l’English National Opera. Son répertoire comprend également Peter Grimes, qu’il interprète à l’Opera Vlaanderen et à l’Opera Oviedo, Die Zauberflöte à l’opéra de Seattle, ainsi que Wozzeck avec le Philharmonia Orchestra et Esa-Pekka Salonen à Londres et à Paris. Il participe à la création mondiale de Die Besessenen de Johannes Kalitzke au Theater an der Wien. En concert, il se produit avec le Royal Liverpool Philharmonic et Vassily Petrenko, The Hebrides Ensemble et l’Orquesta de Cadaqués. Récemment, il chante Cecil dans Gloriana de Benjamin Britten dans la mise en scène de Sir David McVicar et Stolzius dans Les Soldats de Bernd Alois Zimmermann au Teatro Real de Madrid. Il fait ses débuts dans le rôle de Golaud à l’Opera Vlaanderen avant de l’incarner pour le public genevois.

Matthew Best

Basse

Artiste polyvalent, Matthew Best est l’un des musiciens les plus versatiles et les plus connus au Royaume Uni. Compositeur, chef de chœur et d’orchestre ainsi qu’enseignant, il est aussi interprète chevronné de plus d’une centaine de rôles du répertoire pour basse, basse-baryton et baryton. Au cours de sa longue carrière, il a réalisé de nombreuses prestations notamment au Covent Garden, English National Opera, le Festival de Glyndebourne et les opéras de Lyon, Francfort, Stuttgart, Cologne, Santa Fé et Floride ainsi qu’au Vlaamse Opera. Parmi ses rôles les plus mémorables sont Wotan dans le Ring, Le Hollandais volant, Le roi Marke, Amfortas, Kurwenal, Scarpia, Jochanaan, Orest, Peneios, Commendatore, Timur, Arkel et Ramfis. Il a aussi créé des rôles dans les opéras de Jonathan Harvey, Julian Anderson et Kaija Saariaho. Parmi ses nombreux enregistrements en tant que chef de musique chorale, vocale et orchestrale sont particulièrement distingués les cycles d’œuvres de Bruckner, Mendelssohn, Cherubini, Britten, Tchaikovsky, Copland et Villa-Lobos pour le label Hyperion.

Mari Eriksmoen

Soprano

La soprano norvégienne Mari Eriksmoen débute sa carrière au Theater an der Wien, où elle a chanté depuis Olympia dans Les Contes d’Hoffmann, Euridice dans L’Orfeo de Monteverdi et a incarné Susanna, Zerlina et Fiordiligi dans la trilogie de Da Ponte sous la direction de Nikolaus Harnoncourt. Elle se produit également à Francfort, au Festival de Glyndebourne et au Komische Oper Berlin et fait montre de sa versatilité vocale dans le rôle de l’Oiseau de la forêt dans le Ring de Daniel Barenboim à La Scala. Ses débuts comme Mélisande lors de la création de Pelléas et Mélisande à l’Opera Ballet Vlaanderen et au Grand Théâtre de Luxembourg lui ont valu la reconnaissance unanime du public et de la critique.

© Sim Canetty Clarke

Jacques Imbrailo

Baryton

Le baryton sud-africain Jacques Imbrailo étudie au Royal College of Music de Londres et intègre ensuite le programme Jette Parker Young Artist à Covent Garden. En 2010, il fait ses débuts acclamés dans le rôle de Billy Budd dans l’opéra éponyme de Britten à Glyndebourne. Depuis lors, il est invité par des maisons lyriques du monde entier, dont le Welsh National Opera, Scottish Opera, Houston Grand Opera, Teatro dell’Opera di Roma et l’opéra de Chicago. Son répertoire comprend des rôles tels que Papageno dans Die Zauberflöte, Guglielmo dans Così fan tutte, Valentin dans Faust de Gounod, Aeneas dans Dido and Aeneas de Purcell, ainsi que le rôle-titre de Don Giovanni. Récemment, il interprète Messner dans Bel Canto de Lopez à l’opéra de Chicago, Zurga dans Les Pêcheurs de Perles à l’English National Opera et Horatio dans Hamlet de Thomas à Zurich. Il chante Pelléas à Zurich, au Welsh National Opera et  à l’Opera Vlaanderen

Marco Brambilla

Vidéaste

Le vidéaste Marco Brambilla, né à Milan, vit et travaille actuellement à Londres. Ses installations vidéo ont un succès international et sont acclamées par la critique dans Artforum, Frieze, Art in America, Vanity Fair et The New York Times. La plupart de ses œuvres traitent des thèmes tels que la consommation en tant que spectacle, le rapport entre iconographie populaire et histoire humaine et la notion d’expérience collective. L’imagerie de Brambilla fusionne une nouvelle interprétation du collage vidéo avec des innovations technologiques et graphiques et crée des expériences multidimensionnelles sur l’écran. Son œuvre la plus connue est la trilogie Megaplex (2008-12), basée sur les trois cycles narratifs de la Divine Commedie de Dante. Marco Brambilla a été exposé dans le monde entier, notamment au New Museum de New York, à la Biennale de Séoul, à la Kunsthalle de Berne, au San Francisco Museum of Modern Art, au Festival du film de Venise et au Festival du film de Sundance. Ses œuvres font partie des collections permanentes du musée Guggenheim et du Musée d’art moderne de New York, ainsi que du Musée d’art moderne et de la Fundacion ARCO à Madrid. Il a été récompensé par les prix de la Fondation Tiffany et de la Fondation Colbert.

Urs Schönebaum

Éclairagiste

Urs Schönebaum est l’un des concepteurs de lumières les plus demandés de notre temps. Après des études de photographie à Munich, il a travaillé pour Münchner Kammerspiele de 1995 à 1998. Il a été assistant de mise en scène au Grand Théâtre de Genève, au Lincoln Center de New York et au Münchner Kammerspiele. Depuis 2000, il est concepteur d’éclairage pour l’opéra, le théâtre, la danse, les installations artistiques et les performances. Il a collaboré à plus de 130 productions, y compris pour Covent Garden, l’Opéra de Paris, le Metropolitan, le Teatro Real de Madrid, le Théâtre Bolchoï à Moscou, l’Opéra national d’Amsterdam et pour les festivals de Bayreuth, Salzburg, Avignon et le Wiener Festwochen. Il a travaillé avec des metteurs en scène tels que Thomas Ostermeier, Pierre Audi, William Kentridge, Michael Haneke, Sasha Waltz et poursuit une longue collaboration avec Robert Wilson. Il a également réalisé des conceptions d’éclairage pour des artistes tels que Anselm Kiefer, Dan Graham et Marina Abramović. En 2012, il a réalisé les lumières pour les opéras Jetzt (Mathis Nitschke) et What Next? (Elliott Carter) à l’Opéra de Montpellier, suivi de la création de Happy Happy (Nitschke) en 2014. En 2017, il signe l’éclairage de Bomarzo (Ginastera) au Teatro Real de Madrid. Urs Schönebaum a précédemment collaboré avec Marina Abramović, Sidi Larbi Cherkaoui et Damien Jalet dans la production du Boléro de Maurice Ravel à l’Opéra de Paris en 2013.

© Marc de Groot

Iris van Herpen

Costumière

La créatrice de mode néerlandaise Iris van Herpen est reconnue dans le monde entier parmi les designers les plus talentueux et les plus innovants. Dès sa première collection en 2007, van Herpen se concentre sur la création de nouvelles formes et méthodes d’expression en élaborant sa vision artistique unique : la « Nouvelle Couture ». Son travail a été présenté dans plusieurs expositions, dont une grande rétrospective en tournée aux États-Unis et plusieurs de ses robes font partie de la collection du Metropolitan Museum of Art de New York. Son œuvre a été récompensée notamment par le prix Johannes Vermeer, le Prix d’État pour les arts (2017), le Grand Prix ANDAM (2014) et le Grand Prix de la Commission européenne – STARTS (2016). Sa vision esthétique originale l’a amenée à collaborer avec des musiciens et des artistes progressistes comme Björk, Tilda Swinton, Cara Delvingne, Daphne Guinness, Gwendoline Christie, Fan Bing Bing, Lady Gaga et Grimes. Elle a créé les costumes de Scarlett Johansson pour le film Lucy et pour Beyoncé dans sa vidéo Mine. En tant qu’ancienne danseuse de ballet, van Herpen a conçu des costumes pour l’Opéra de Paris et le New York City Ballet, en collaboration avec le chorégraphe Benjamin Millepied et avec la compagnie de danse de Sasha Waltz de Berlin.

Piet De Volder

Dramaturge musical

Piet De Volder a étudié la musicologie à l’Université de Gand. Dramaturge à l’Opera Vlaanderen, il a réalisé la dramaturgie musicale des productions de Lulu de Berg et du Ring de Wagner, mises en scène par Ivo van Hove. Il est auteur d’une étude sur le compositeur espagnol contemporain Luis de Pablo, parue chez les Edizioni Suvini Zerboni (Milan) et la Fundación Autor (Madrid). En collaboration avec le Professeur Francis Maes de l’Université de Gand, il a publié le recueil d’essais Opéra : les coulisses de l’émotion (LannooCampus, Leuven, 2011). Piet De Volder enseigne la dramaturgie à l’Académie internationale d’opéra et se produit en tant que présentateur de spectacles et conférencier à Amarant, au centre deSingel et au Concertgebouw Bruges.

© Broos Koen

Koen Bollen

Dramaturge

Koen Bollen a étudié les sciences de l’art et du théâtre aux universités de Bruxelles, Leyde et Anvers. En tant qu’assistant dramaturge au Junge Oper Stuttgart (2010-2014), il a collaboré à diverses créations mondiales et à des spectacles de théâtre musical. Bénéficiaire de la bourse du Musiktheater Heute 2012-2014 de la Deutsche Bank Stiftung, il a participé à la création mondiale du Tonguecat du Bayerische Staatsoper de Munich (2016). En tant que dramaturge indépendant, Koen Bollen a travaillé sur La Clemenza di Tito pour l’Orchestre national de l’Opéra de Montpellier dirigé par Jorinde Keesmaat, sur Women & Anaïs Nin de Louis Andriessen et sur To be Sung de Pascal Dusapin pour le Centre of Contemporary Opera à New York et le Muziekgebouw aan’t IJ à Amsterdam. Depuis janvier 2016, il est dramaturge pour l’Opéra Ballet de Flandre et a collaboré aux spectacles Requiem de Sidi Larbi Cherkaoui, Rusalka d’Alan Lucien et Rasa de Daniel Proietto, entre autres. Koen Bollen enseigne au conservatoire d’Anvers et à l’Académie internationale d’opéra de Gand. Il est coéditeur d’un livre consacré au 50e anniversaire du Ballet de Flandre.

Marina Abramović

Scénographe

Depuis ses débuts à Belgrade dans les années 1970, Marina Abramović a été la pionnière de l’art performatif, en créant certaines des œuvres les plus importantes pour le développement du genre. Son exploration de ses propres limites physiques et émotionnelles la pousse à endurer douleur, épuisement et danger dans sa recherche de transformation mentale et spirituelle. En 2010, lors de sa première grande rétrospective au MOMA de New York, elle se produit pendant plus de 700 heures dans sa performance The Artist is Present en contact permanent avec le public. En 2020, son exposition After Life occupe toute la Royal Academy de Londres. Pelléas et Mélisande est la première incursion de Marina Abramović dans le monde de l’opéra, après sa collaboration avec Damien Jalet et Sidi Larbi Cherkaoui sur le ballet Boléro à l’Opéra de Paris en 2013.

© Joel Saget

Damien Jalet

Chorégraphe

Le chorégraphe belge et français Damien Jalet explore les convergences entre la danse et d’autres médias tels que musique, arts visuels, cinéma, théâtre et mode. Parmi ses créations récentes sont Babel(words) avec Sidi Larbi Cherkaoui, présenté à la Cour d’honneur du Palais des papes à Avignon en 2016 et distingué par deux prix Olivier ; Les Médusés, installation chorégraphique dans plusieurs salles du Louvre et Boléro en collaboration avec Cherkaoui et Marina Abramović pour le Ballet de l’Opéra de Paris. Il a participé à la création de plusieurs films, notamment The Ferryman de Gilles Delmas, Vessel avec l’artiste japonais Nawa Kohei et Suspiria de Luca Guadagnino. Pelléas et Mélisande est son premier opéra, créé avec Cherkaoui et Abramović en 2018 à Anvers.

Sidi Larbi Cherkaoui
© Rahi Rezvani

Sidi Larbi Cherkaoui

Chorégraphe

Figure de proue de la scène contemporaine belge, Sidi Larbi Cherkaoui compte plus de 50 chorégraphies à son actif et une série de prix dont deux Olivier Awards, trois prix « meilleur chorégraphe de l’année » de Tanz (2008, 2011, 2017) et le Kairos Prize 2009. Actuellement à la tête du Ballet Vlaanderen, il a créé Fall (2015), Exhibition (2016) et Requiem (2017). Avec Damien Jalet et Marina Abramović, il présente en 2018 Pelléas et Mélisande à l’Opera Ballet Vlaanderen. En compagnie du même duo, il réalise Boléro pour l’Opéra national de Paris. Ses mises en scène pour l’opéra comprennent Les Indes galantes de Rameau et Alceste de Gluck à Munich et Satyagraha de Glass à Bâle, Berlin et Gand. À Genève, il crée Loin en 2004-05 (reprise en 2008- 09). En 2019, sa pièce Fall est reprise par le Ballet du Grand Théâtre dans le cadre de la soirée Minimal/Maximal.

Jonathan Nott

Direction musicale

Directeur artistique et musical de l’Orchestre de la Suisse Romande depuis 2017, Jonathan Nott travaille la formation vers un répertoire russe, français et germanique et l’emmène en tournée au Festival de Lucerne et aux BBC Proms. De 2000 à 2016, il est chef principal du Bamberger Symphoniker, mandat durant lequel il part régulièrement en tournée aux États-Unis, en Amérique du Sud, en Chine, au Japon, au Festival de Salzbourg et aux BBC Proms. En version de concert, il donne un cycle complet du Ring de Wagner en 2013 et initie une collaboration avec Tudor Records, qui lui fait remporter de nombreuses récompenses pour ses enregistrements. Avec le Wiener Philharmoniker, il enregistre Das Lied von der Erde en 2015-2016. Le Grand Théâtre l’invite en 2017 pour Il Barbiere di Siviglia et en 2020 pour Saint François d’Assise d’Olivier Messiaen.