Turandot

Turandot

Opéra de Giacomo Puccini

ANNULÉ

Cher Public,

Le Grand Théâtre de Genève a été contraint de reporter la nouvelle production de Turandot dans la mesure où l’opéra de Puccini exige un important effectif orchestral et choral et surtout parce que la production Kramer/teamLab implique de grands décors, la venue de personnes depuis l’Asie ainsi que des moyens et des équipes techniques très fournies. Vu les délais resserrés à cause du lockdown (notamment s’agissant des ateliers), la scène lyrique genevoise ne peut pas présenter cette production du dernier opéra de Puccini. Pour cette raison, le Grand Théâtre substitue ce spectacle par La Cenerentola, une co-production initialement prévue en mai 2020, annulée pour cause de pandémie. Parmi ses avantages, l’opéra de Rossini nécessite un chœur et orchestre de moindre taille, plus à même de respecter les règles sanitaires.

Nos abonné·e·s détentrices et détenteurs de billets pour cet évènement seront contacté·e·s par email.

> Plus d’info sur La Cenerentola

– Tu m’aimes,
réel ou pas réel ?
– Réel.

Hunger Games (Peeta & Katniss)
Infos pratiques
Distribution
Œuvre
Infos pratiques

Opéra de Giacomo Puccini

Livret de Giuseppe Adami et Renato Simoni d’après la pièce homonyme de Carlo Gozzi
Créé à Milan en 1926
Version du final de Luciano Berio, créée à Los Angeles en 2002, création suisse

Dernière fois au Grand Théâtre de Genève 1995-1996

En coproduction avec le Tokyo Nikikai Opera et le Manchester International Festival

Chanté en italien avec surtitres en français et anglais
Spectacle bénéficiant d’une audiodescription les 24 et 26 septembre 2020

 

Avec le soutien de :

Distribution

Direction musicale Antonino Fogliani
Mise en scène Daniel Kramer
Scénographie et vidéo teamLab
Costumes Kimie Nakano
Lumières Simon Trottet
Dramaturgie Stephan Müller
Direction des choeurs Alan Woodbridge

Turandot Ingela Brimberg
Altoum Guy de Mey
Timur Aleksey Tikhomirov
Calaf Teodor Ilincai / Martin Muehle
Liù Elena Guseva
Ping Simone Del Savio
Pang Denzil Delaere
Pong Julien Henric
Un Mandarin Vincenzo Neri

Choeur du Grand Théâtre de Genève
Maîtrise du Conservatoire populaire

Orchestre de la Suisse Romande

Œuvre

Le dernier opéra de Puccini est fait d’énigmes. Dans la Cité interdite de Pékin, l’empereur de Chine règne en maître. Sa fille Turandot n’est pas encore mariée et elle a jusqu’ici refusé tous ses prétendants. Elle met les princes à l’épreuve avec trois énigmes : s’ils n’y répondent pas correctement, ils sont mis à mort par décapitation. Des cohortes entières d’hommes ont déjà échoué et perdu leur tête et leur vie. C’est maintenant au tour du prince tatare Calaf de s’essayer à répondre aux énigmes. Il est fasciné par la gloire de cette femme et, à la surprise générale, Calaf résout effectivement les trois énigmes que lui pose Turadot : l’espoir, le sang et Turandot elle-même. La princesse lui est donc promise, comme le prévoit la volonté impériale. Mais Turandot hésite, elle, à tenir cette promesse.
Puccini a interrompu la composition de l’œuvre dans le troisième acte. Le maestro est mort en 1924 avant d’avoir achevé le duo final et c’est son collaborateur Alfano qui termina l’opéra. La création mondiale de l’œuvre en 1926 à La Scala de Milan servit également de commémoration funéraire pour Puccini. Arturo Toscanini dirigea l’œuvre jusqu’aux dernières notes écrites par Puccini. Puis il s’arrêta, avec ces paroles : « Ici finit l’œuvre du maître. Après cela, il est mort. » Par la suite, l’opéra a pris sa place sur les scènes du monde avec le final écrit par Alfano, sans que celui-ci n’ait jamais vraiment été accepté. Pour cette raison, la maison d’édition Ricordi commanda un nouveau final, moins grandiloquent, au grand compositeur italien Luciano Berio. Le final de Berio, terminé en 2002, un an avant la mort du compositeur, sera exécuté dans cette production genevoise pour la première fois en Suisse.
La nouvelle mise en scène de Daniel Kramer transpose la vieille matière du conte dans un monde futuriste dans lequel Turandot exerce sa magie et sa puissance. L’emprise de cette femme qui ne veut pas devenir femme transforme l’État en une dictature de surveillance policière. Dans un monde-jeu dystopique aux allures de Hunger Games, elle élimine les hommes superflus et organise la reproduction et l’élevage de l’espèce dans un parc humano-mécanique. Pour le metteur en scène étasunien, la pièce est l’occasion d’aborder les dimensions archaïques de l’éternelle lutte entre les sexes.
Le fameux collectif artistique teamLab sera responsable pour la première fois de la scénographie étendue d’une production d’opéra, mêlant la plupart des technologies visuelles de pointe dans un feu d’artifice d’effets inconnus au genre lyrique. Leurs créations lumineuses ont été exposées partout dans le monde et forment un art immersif qui absorbe et envoûte spectatrices et spectateurs dans son flux avant-gardiste.
Après son succès dans la production d’Aida au cours de la saison 2019-2020 du Grand Théâtre de Genève, la direction musicale est confiée à Antonino Fogliani, célèbre pour ses prestations dans le répertoire italien en général et Rossini en particulier.

Générale publique 12.9.2020
Conférence 14.9.2020
Atelier public 19.9.2020
En coulisse 20.9.2020
Turandot sous les étoiles 19.6.2021
Intropéra 45 minutes avant chaque représentation

#WeArtGTG

Tout l’univers du GTG. Ici, là, partout.

Restez connecté avec le GTG