Sleepless

                 Sleepless                 

Opéra ballade de Peter Eötvös

Aperçu

son jeu ne fait plus qu’un avec tout ce qui pousse et respire et il sent que son amour pour Alida coule et coule en lui et puis dans son jeu

Jon Fosse, Insomnie

Infos et distribution

Œuvre

Infos et distribution

Opéra ballade de Peter Eötvös
Créé à Berlin en novembre 2021 en co-commande avec le Grand Théâtre de Genève
Création mondiale
Coproduction avec le Staatsoper Unter den Linden, Berlin

29*, 31* mars 2022 – 20h
2*, 5 avril 2022 – 20h
3 avril 2022 – 15h

Chanté en anglais avec surtitres en français et anglais
Durée : approx. 2h30 avec un entracte

DISTRIBUTION
Direction musicale *Peter Eötvös | Maxime Pascal
Mise en scène Kornél Mundruczó
Scénographie et costumes Monika Pormale
Lumières Felice Ross
Dramaturgie Kata Weber / Jana Beckmann

Alida Victoria Randem
Asle Linard Vrielink
Old Woman Hanna Schwarz
Ma Herdis / Midwife Katharina Kammerloher
Girl Sarah Defrise
Innkeeper Jan Martinik
Man in Black Tómas Tómasson
Boatman Roman Trekel
Jeweler Siyabonga Maqungo
Asleik Arttu Kataja

Douze voix solistes du Staatsoper Berlin
Sextuor Vocal Soprano (1) Samantha Britt
Sextuor Vocal Mezzo (1) Nicole Hyde
Sextuor Vocal Alto (1) Rowan Hellier
Sextuor Vocal Soprano (2) Kristin Anna Gudmundsdottir
Sextuor Vocal Mezzo (2) Kirsten-Josefine Grützmacher
Sextuor Vocal Alto (2) Alexandra Yangel
Fisherman 1 Matthew Peña
Fisherman 2 Sotiris Charalampous
Fisherman 3 Fermin Basterra
Fisherman 4 Jaka Mihelač
Fisherman 5 Rory Green
Fisherman 6 Jonas Böhm

Orchestre de la Suisse Romande

Avec le soutien de
MADAME ALINE FORIEL-DESTEZET

Œuvre

Parmi les plus grands compositeurs encore vivants, on ne présente plus Peter Eötvös, compositeur hongrois avec déjà plus d’une dizaine d’opéras à son actif. Tri sestri créé en 1998 à Lyon restera pour beaucoup une des références de l’opéra de la seconde moitié du vingtième siècle. Pour sa dernière œuvre lyrique, le chef et compositeur s’attaque à la prose du norvégien Jon Fosse. Dans sa trilogie, l’auteur à la poésie liquide et chantante, dissèque la psyché d’Alida et Asle, un couple de jeunes gens en fuite du monde. Sur la route de la fatalité, le couple, Bonnie & Clyde aux résonances bibliques, sème malgré lui la violence mais aussi l’amour et la vie : Alida donnera naissance au petit Sigvald avant de revenir au pays, Asle sera pendu à Bjørgvin, un Bergen imaginaire où Fosse place sa parabole intemporelle. Peter Eötvös et sa librettiste Mari Mezei enchaînent les trois courts romans qui composent la trilogie, Insomnie, Les Rêves d’Olav et Au tomber de la nuit dans une narration dialoguée continue. Déjà connu sur notre plateau avec l’intriguant L’Affaire Makropoulos en 2020, c’est le réalisateur et metteur en scène hongrois Kornél Mundruczó, dont le film Pieces of a Woman a fêté l’année passée sa première sur Netflix, que l’on retrouve pour mettre en récit scénique cette narration flottant entre la vie et la mort. Dans le décor mi-réel mi-féérique de Monika Pormale, il cherchera à sauver ces personnages qui sont toujours à nouveau ensevelis par les eaux. Car dans les fjords symboliques de Jon Fosse, l’eau enveloppe tout, la pluie, la mer, la vie et la mort, entre lumière et désespoir. Co-commande de la Staatsoper de Berlin Unter der Linden et du Grand Théâtre de Genève, Sleepless sera dirigé en personne par Peter Eötvös à la tête de l’Orchestre de la Suisse Romande. Cet événement sera l’occasion d’un mini- festival autour du compositeur avec l’OSR, la Nouvelle Comédie et l’ensemble Contrechamps. La soprano norvégienne Victoria Randem et le ténor néerlandais Linard Vrielink, dans les rôles principaux des adolescents Alida et Asle sont à la tête d’un cast intergénérationnel alliant de très jeunes chanteurs à la mythique Hanna Schwarz dans le rôle de la vieille femme.

Préambule

Podcast

Podcast

Une proposition du Grand théâtre de Genève et de RTS culture
Conception et voix : Charles Sigel
Réalisation : Gerald Hiestand

Plage

Sleepless à La Plage

Découvrez toutes les activités qui gravitent autour de la production.

Intropéra
45 minutes avant le spectacle
+

Vite, vite ! La cloche ne sonne pas encore mais 45 minutes avant le spectacle, on se rafraîchit la mémoire, on s’éveille au printemps de l’opéra : un petit avant-goût qui vous rapporte les clés de l’œuvre et vous guide à l’intérieur des mondes merveilleux, apocalyptiques, critiques ou hyperréalistes créés par les équipes artistiques pour chaque production. Vite, vite, le temps d’attraper un verre de bulles au pas- sage et vous voilà assis(e) sous le plafond scintillant des mille et un opéras !
 
45 minutes avant chaque représentation
Entrée libre avec le spectacle
Foyer du GTG

Éclairage
Mercredi 23 mars à 18h30
+

Peter Eötvös, le dernier des romantiques, présenté par Christian Merlin
L’avant-garde tenait l’opéra pour un genre mort, figé dans la poussière du musée. Avec le triomphe de Trois Sœurs, en 1998, le compositeur hongrois Peter Eötvös semble avoir montré que le genre pouvait être régénéré, et que la musique classique pouvait être expressive sans renoncer à être moderne. Quel est son secret ? Ce premier succès s’est-il renouvelé dans ses opéras plus récents ?
 
Mercredi 23 mars 2022
À 18h30
Au Théâtre de l’Espérance

> plan d’accès
 
> PLUS D’INFO

Apéropéra
Jeudi 24 mars à 18h30
+

Autour de Sleepless
 
Qui a peur de la musique contemporaine ? On profite de la création de Sleepless, le nouvel opéra du grand compositeur hongrois Peter Eötvös, pour vous faire trouver goût à la musique composée aujourd’hui, si vous ne l’avez pas encore trouvé ! Qui de mieux pour ça que la jeune soprano belge Sarah Defrise, interprète d’un des rôles les plus piquants de l’opéra, The Girl, avec ses coloratures composées sur mesure par le compositeur ? L’occasion avec son complice, le pianiste Stéphane Ginsburgh, d’honorer au passage la mémoire de deux autres maîtres de la musique du XXe siècle : Luciano Berio, qu’on retrouvera en fin de saison avec son Finale composé pour Turandot, et György Ligeti, le compatriote de Eötvös avec qui nous avons ouvert notre saison La Plage à Vernier (Aventures et Nouvelles Aventures).
 
Sarah Defrise, soprano
Stéphane Ginsburgh, piano
 
Jeudi 24 mars 2022
Dès 18h30
Entrée CHF 25.– (premier drink compris)
Dans les foyers du GTG

Atelier public
Samedi 26 mars à 11h
+

Atelier public Sleepless : Le métier de chef d’orchestre
Peter Eötvös est une figure majeure de l’opéra d’aujourd’hui, à la fois compositeur et chef d’orchestre. Mais vous êtes-vous déjà demandé en quoi consistait, concrètement, le travail d’un chef ? Partez à la découverte de ce métier passionnant avec Dimitri Soudoplatoff, en jouant le rôle tantôt du chef, tantôt celui d’un membre de l’orchestre grâce à la technique du soundpainting.
 
Découvrir le travail de Dimitri sur son site : www.dimitrisoudoplatoff.com
 
Samedi 26 mars 2022
De 11h00 à 12h30
Pour tous à partir de 12 ans
Foyer du Grand Théâtre
Entrée CHF 15.–

En coulisse
Jeudi 31 mars
+

N’avez-vous jamais rêvé de guigner de l’autre côté du rideau juste après le spectacle ? De voir comment tout l’appareil fonctionne ? De passer subrepticement en coulisse et voir les femmes et les hommes de l’ombre s’affairer à remettre la scène en état ? Et qui sait, croiser une ou un artiste de la représentation que vous venez de vivre ?
 
À l’issue de la représentation du 31 mars, guidés par un des responsables techniques de la production, vous pourrez ainsi passer de l’autre côté et découvrir monts et merveilles. Profitez-en, vous pouvez poser toutes les questions qui vous passent par la tête. Et en plus c’est gratuit.
 
La visite des coulisses dure approximativement 20 minutes et démarre 15 minutes après le spectacle. Entrée libre avec le spectacle sur réservation préalable auprès de notre service billetterie par courriel [email protected].

Sleepover
Vendredi 1er avril à 20h
+

L’espace d’une nuit, venez habiter le Grand Théâtre, on vous balade du plafond à la scène, de labyrinthe en labyrinthe, au fil des mélodies d’antan et des douces polyphonies. Venez rêvez sous les lumières des lustres et des étoiles, on vous bercera jusqu’au petit matin, et alors quel réveil ! Et munissez-vous de vos affaires :

  • sac de couchage ou autre couverture
  • matelas ou natte plus ou moins molle
  • coussin
  • lampe de poche
  • affaire de toilette
  • doudou

 
Vendredi 1er avril 2022
De 20h à 8h
Entrée CHF 40.– / CHF 20.– (moins de 16 ans)
Petit déjeuner et petite collation compris
Au GTG

Avant

On se renseigne

Dossier avant-spectacle
21-22

Saison 21-22

Programmation
Retrouvez le programme complet de la nouvelle saison.
Titanic, un film de Pauline Julier
En réaction au slogan Faites l’amour,… Pauline Julier a produit Titanic, une vision fulgurante d’un monde en naufrage où le spectacle continue.
Faites l’amour
Présentation, interview d’artistes, explications… tout savoir et comprendre sur la nouvelle programmation du GTG.
Abo

S’abonner

Offrez-vous l’émotion d’une saison et obtenez la garantie de bénéficier des meilleures places, au meilleur prix, dans toutes les catégories !

Découvrez nos formules d’abonnement pour la SAISON 21-22.

#WeArtGTG

Tout l’univers du GTG. Ici, là, partout.

Restez connecté avec le GTG

Ma Newsletter

Crédit photos
Sleepless © GTG / Magali Dougados

Arttu Kataja

Baryton

ainqueur de nombreux concours, Arttu Kataja est un baryton finlandais diplômé de la Sibelius Academy d’Helsinki. En 2006, il rejoint la troupe du Deutsche Oper Berlin, où il chante les rôles du Conte Almaviva (Le nozze di Figaro), Guglielmo (Così fan tutte), Papageno (Die Zauberflöte) ou encore Marcello (La bohème). Il se produit également sur les scènes internationales en tant qu’invité, à Vienne, Helsinki, Berlin, de même qu’au Japon ou au Chili. Arttu Kataja est aussi actif dans le répertoire de concert et de récital, notamment dans le Magnificat de Bach, le Messie de Haendel, ainsi que Ein deutsches Requiem de Brahms. Enfin, la discographie de l’artiste finlandais comprend plusieurs disques, dont la Passion selon saint Matthieu ou Tristan und Isolde, des DVD d’opéras tels qu’Orlando Paladino et Manon, ainsi qu’un grand nombre d’enregistrements pour la radio finlandaise.

Siyabonga Maqungo

Ténor

Lors de la saison passée le ténor d’origine sudafricaine Siyabonga Maqungo a rejoint la troupe du Staatsoper Unter den Linden de Berlin. À cette occasion, il a interprété des rôles comme Tamino (Die Zauberflöte), Almaviva (Il barbiere di Siviglia) et Jaquino (Fidelio). Après ses études de Bachelor à la University of North West en Afrique du Sud, au cours desquelles il gagne le concours de chant NWU à trois reprises (2009-2011) et se produit dans toute l’Afrique du Sud, Siyabonga Maqungo obtient une bourse pour continuer sa formation à la Hochschule für Musik und Tanz de Cologne. En 2015, il intègre l’ensemble du Staatstheater Meiningen, où il incarne de nombreux rôles dans des opéras d’Adès, Donizetti, Strauss, Rossini, Wagner, entre autres. Lauréat de plusieurs concours internationaux en Europe, Siyabonga Maqungo présente également un vaste répertoire de concert, qui comprend des œuvres de Bach, Haendel, Mozart et Rossini, qu’il interprète de l’Allemagne au Brésill.

Roman Trekel

Baryton

Roman Trekel reçoit son éducation musicale à Berlin et y fait également ses débuts sur la scène du Staatsoper, dont il est toujours l’un des principaux chanteurs. Son répertoire comprend des rôles tels que Wolfram (Tannhäuser), Posa (Don Carlos), Conte Almaviva (Le nozze di Figaro), Kurwenal (Tristan und Isolde), Amfortas (Parsifal) ou Wozzeck (rôle- titre). Roman Trekel s’est notamment produit au Teatro alla Scala de Milan, au Royal Opera House de Londres, à Dresde, Hambourg, Munich, Vienne, Amsterdam, Zurich, Tokyo et au Festival de Bayreuth. Également attiré par les concerts et le lied, Roman Trekel chante aux côtés de prestigieux ensembles, sous la baguette de chefs comme Claudio Abbado, Daniel Barenboim, Fabio Luisi, Zubin Mehta, Kent Nagano, Sir Simon Rattle et Christian Thielemann. Il est lauréat du Echo-Preis-Klassik 2017 pour le meilleur enregistrement d’opéra, ainsi que d’un Grammy Award en 2018 pour son Wozzeck.

Tómas Tómasson

Baryton

Né en Islande, Tómas Tómasson fait ses études à Reykjavik et au Royal College of Music de Londres. Son vaste répertoire s’étend de Monteverdi à Philip Glass. Il fait ses débuts dans des rôles de baryton héroïque comme Tomski (La Dame de pique) et le Hollandais (Der fliegende Holländer) à La Monnaie de Bruxelles ou encore Wozzeck (rôle-titre) à l’Opéra national de Lorraine. Il interprète en outre les rôles de Klingsor (Parsifal) à Berlin et Chicago, Jochanaan (Salomé), Kunrad (Feuersnot) à Dresde, Wotan et le Wanderer (Der Ring des Nibelungen) au Grand Théâtre de Genève, ainsi que le rôle-titre de Lear de Reimann à Berlin. Il participe aux créations de La bianca notte de Beat Furrer (rôle de Dino), Mondparsifal Alpha 1-8 (Amfortas) et Mondparsifal Beta 9-23 de Jonathan Meese. Tómas Tómasson se produit sous la direction de grands chefs d’orchestre tels que Riccardo Muti, Daniel Barenboim, René Jacobs et Lorin Maazel. Il chante aussi en concert dans les œuvres de Bach, Haydn, Mozart, Beethoven, Mahler et Verdi.

© Arthur Bauer

Jan Martiník

Basse

Lauréat de nombreux concours internationaux, la basse tchèque Jan Martiník fait partie de la troupe du Staatsoper Berlin depuis 2012. Sur cette scène, il chante les rôles de Brander (La Damnation de Faust), Colline (La bohème), Eremit (Der Freischütz), Pistola (Falstaff), Sarastro (Die Zauberflöte) et bien d’autres. Il travaille aussi régulièrement avec le Komische Oper de Berlin, le Théâtre National de Prague, ainsi que le Volksoper de Vienne. Invité régulier du Philharmonique de Tchéquie, Jan Martiník se produit également aux côtés d’orchestres tels que les orchestres symphoniques de la BBC, de Birmingham, de Londres et de Pittsburgh, le Rotterdam Philharmonic, ou la Staatskapelle de Dresde, sous la direction de chefs renommés, comme Daniel Barenboim, Fabio Luisi, Zubin Mehta et Sir Simon Rattle. Plusieurs enregistrements de Jan Martiník sont en outre remarqués par la critique, à l’image de son disque Winterreise (2018), qui est récompensé par cinq Diapasons.

Sarah Defrise

Soprano

Titulaire d’un master du Conservatoire Royal et d’un doctorat de la Vrije Universiteit de Bruxelles, la jeune soprano belge Sarah Defrise s’est récemment distinguée lors de la création de Is this the end ? de Jean-Luc Fafchamp, dans le rôle de The Teenager à la Monnaie de Bruxelles, qui la propulse sur les scènes internationales. Cette saison, elle fait en effet ses débuts au Staatsoper de Berlin, au Nouvel Opéra Fribourg, au Müpa de Budapest, ainsi qu’au Grand Théâtre de Genève. Ses premières formations, en théâtre et en piano, nourrissent sa personnalité et l’éclectisme de son répertoire, marqué par son attrait pour les musiques des XXe et XXIe siècles. Depuis ses débuts en 2014, elle interprète des rôles tels que Cunégonde (Candide), Nanetta (Falstaff), Musetta (La bohème), Silberklang (Der Schauspieldirektor) ou Tonia (Prima la musica e poi le parole). Lauréate de nombreux concours, elle est nommée « Jeune révélation 2017 » au Gent Festival.

© Marie-Clémence David

Katharina Kammerloher

Mezzo-soprano

Suite à des études de hautbois, la mezzo-soprano allemande Katharina Kammerloher poursuit sa formation musicale en chant à Detmold avec Mechthild Böhme. Lauréate de nombreux concours internationaux, elle intègre l’ensemble du Staatsoper de Berlin en 1993, invitée par Daniel Barenboim, dont elle fait toujours partie. Katharina Kammerloher y interprète des rôles tels que Marcellina (Le nozze di Figaro), Ottavia (L’incoronazione di Poppea), Komponist (Ariadne auf Naxos), Geneviève (Pelléas et Mélisande) ou encore Octavian (Der Rosenkavalier). À l’international, elle se produit notamment en concert avec des orchestres symphoniques de premier plan, à Londres, Édimbourg, Budapest, Leipzig, Berlin, Chicago et Turin, sous la baguette de chefs comme Claudio Abbado, Pierre Boulez, Gustavo Dudamel, Iván Fischer, Michael Gielen, René Jacobs, Philippe Jordan, Fabio Luisi, Zubin Mehta, Kent Nagano.

Jana Beckmann

Dramturge

Née à Brême, Jana Beckmann a étudié la dramaturgie à la Hochschule für Musik und Theater Hamburg, les sciences théâtrales appliquées à Buenos Aires ainsi que la musique et la philosophie à Oldenburg. En tant que dramaturge, elle a travaillé entre autres au Tanzhaus de Zurich, à Kampnagel et à l’Opéra de Hambourg.

Hanna Schwarz

Mezzo-soprano

Elle est invitée depuis 1975 au Festival de Bayreuth, où elle a interprété les rôles d’Erda, Fricka, Waltraute (la Tétralogie) et Brangäne (Tristan und Isolde). Elle enregistre le rôle de Waltraute pour Deutsche Grammophon sous la direction de James Levine. Sa carrière prend rapidement un essor international et elle se produit dans la Tétralogie un peu partout dans le monde. Le Festival de Salzbourg l’invite pour Parsifal et Die Zauberflöte sous la direction d’Herbert von Karajan, Lulu (la Comtesse Geschwitz) et Salome (Herodias). Parmi les autres rôles qui ont marqué sa carrière, citons Octavian (Der Rosenkavalier), le rôle-titre de Carmen, la Nourrice (Die Frau ohne Schatten), Klytämnestra d’Elektra (rôle pour lequel elle est nommée « Singer of the Year » en 1997). Hanna Schwarz se consacre également à la musique contemporaine ainsi qu’au concert et au récital. On a pu l’entendre à l’Opéra national de Paris dans Die Fledermaus (Prince Orlofsky), Don Quichotte (Dulcinée) et Giulio Cesare (Cornelia). Plus récemment, elle a participé aux productions de Die Dreigroschenoper à Vienne, Londres, Paris (Théâtre des Champs- Élysées) et Hambourg, Dialogues des carmélites et La Dame de pique à Bâle, Die Soldaten au Bayerische Staatsoper de Munich et à l’Opéra de Zurich, Jenůfa, Salomé, Elektra à Zurich, Charodeïka et Peter Grimes au Theater an der Wien, Daphné à Bâle et Hambourg, Jenůfa au Deutsche Oper de Berlin, à Munich, au New National Theatre de Tokyo et au Metropolitan Opera de New York.

© Monika Rittershaus

Linard Vrielink

Ténor

Le jeune ténor néerlandais Linard Vrielink a étudié le piano avec Alejandro Serena Llinares à Maastricht, a été membre de la Schola Cantorum, du chœur de la cathédrale Saint- Jean de Hertogenbosch aux Pays-Bas. Il a aussi suivi des cours de composition et de direction d’orchestre. Linard Vrielink a d’abord étudié le chant avec Harrie van der Plas et a poursuivi ses études au Conservatoire d’Amsterdam, sous la direction de Harry van Berne. Durant l’été 2013, Linard Vrielink a participé à l’IOA (International Opera Academy) à Schwerte, en Allemagne. En 2018/19, il incarne des rôles dans Tristan und Isolde et Poppea, il est Priester dans une nouvelle production de Die Zauberflöte dirigée par Franz Welser-Möst et Don Basilio dans Le Nozze di Figaro puis Borsa dans Rigoletto. En concert, il participe à une production des Carmina Burana d’Orff au Konzerthaus de Berlin, au Stabat Mater de Rossini au Kasseler Musiktage et à la Passion selon saint Matthieu de Bach avec le Noord Nederlands Orkest de Peter Dijkstra.Moultaka à Strasbourg.

Victoria Randem

Soprano

Après des études de chant à Oslo, la jeune soprano norvégienne d’origine nicaraguayenne Victoria Randem rejoint la jeune troupe du Staatsoper Unter den Linden Berlin. Elle fait ses débuts professionnels sur la scène de l’Opéra et Ballet national de Norvège comme Barbarina (Le Nozze di Figaro) dans la production de Thaddeus Strassberger, acclamée par la critique. Au cours de la saison 2019-2020, elle interprète sur la scène du Staatsoper Unter den Linden Papagena (Die Zauberflöte), Contessa Ceprano et Paggio (Rigoletto), Eine Modistin (Der Rosenkavalier). Parmi ses nouveaux rôles à Berlin on compte Ilia (Idomeneo) dans une nouvelle production de David McVicar, Ännchen (Der Freischütz) et une Fille-fleur (Parsifal) sous la baguette de Daniel Barenboim, ainsi que Jano dans une nouvelle production de Jenůfa avec Simon Rattle. Victoria Randem est boursière de la Liz Mohn Kultur-und Musikstiftung.

Monika Pormale

Réalisatrice et scénographe

La réalisatrice et scénographe lettone Monika Pormale s’est fait un nom dans de nombreuses expositions d’art visuel. Depuis 2000, elle travaille comme scénographe pour le metteur en scène Alvis Hermanis sur Latvian Stories et Latvian Love au Théâtre de Riga, L’Idiot au Schauspielhaus de Zurich, Platonov à l’Akademie-theater Wien et The Sound of Silence au Festival de Salzbourg. A l’opéra, elle réalise les décors pour Eugène Onéguine à Saint- Pétersbourg et pour Salomé de Richard Strauss au Théâtre Mariinski en 2017-2018. Elle collabore avec Kornél Mundruczó sur L’Affaire Makropoulos à l’Opéra Ballet des Flandres (2016) et Liliom au Festival de Salzbourg (2019).

© Jnis Deinats

Maxime Pascal

Chef d’orchestre

Encore étudiant, il fonde conjointement en 2008 l’orchestre Le Balcon. L’Athénée Théâtre Louis-Jouvet devient en 2013 le lieu de résidence pour Maxime Pascal et Le Balcon. Il y donne de nombreux projets scéniques parmi lesquels Ariadne auf Naxos de Richard Strauss, The Rape of Lucretia de Benjamin Britten. En tant que chef d’orchestre, Maxime Pascal a dirigé des orchestres tels que l’orchestre de l’Opéra de Paris, l’orchestre de la Scala de Milan, le SWR Sinfonieorchester de Baden-Baden und Freiburg, l’orchestre du Capitole de Toulouse, l’orchestre Bordeaux-Aquitaine, le Kammerorchester de Munich, l’Orchestre de l’Opéra de Malmö, l’orchestre du Teatro Massimo de Palerme, l’orchestre du National Theater de Mannheim. En 2014, il est le premier Français à remporter le Nestlé and Salzburg Festival Young Conductors Award. Maxime Pascal mène de front la direction artistique de l’ensemble Le Balcon depuis 2008 et sa carrière en tant que chef d’orchestre invité dans les orchestres du monde entier.

Peter Eötvös

Compositeur et chef d’orchestre

Né en Transylvanie en 1944, Peter Eötvös est considéré comme une des figures majeures de la musique du XXe et XXIe siècles. Au cours de sa carrière de compositeur, chef d’orchestre et enseignant, il a créé de nombreux opéras, pièces orchestrales et concertos et marqué plusieurs générations d’artistes. Sa musique est régulièrement interprétée par les orchestres symphoniques et les ensembles de musique contemporaine. En tant que chef d’orchestre, Peter Eötvös se produit sur les plus grandes scènes internationales. Soucieux de transmettre son vaste savoir musical, il établit son « International Eötvös Contemporary Music Foundation » pour jeunes compositeurs et chefs d’orchestre en 2004 à Budapest.

© Daniel Dittus

Ma Newsletter

Alan Woodbridge

Directeur des chœurs du Grand Théâtre depuis 2014, le travail d’Alan Woodbridge est empreint par la vigueur, l’exigence et l’intense musicalité de son approche. Chanteur de formation, organiste et pianiste, étudiant à Trinity Cambridge et au Royal College of Music de Londres, il travaille entre autres à Londres, Amsterdam, Tokyo, Dresde, Paris ou San Francisco. Il a été chef de chœur à l’Opéra de Lyon pendant 18 saisons, participant aux productions et enregistrements avec des équipes de renommée internationale. Citons la Trilogie Pouchkin avec Kirill Petrenko et Peter Stein. Il a reçu un Grammy pour l’enregistrement de Doktor Faust de Busoni. Alan Woodbridge est Chevalier des arts et des lettres.

© GTG / Matilde Fassò

Felice Ross

Éclairagiste

Née aux États-Unis et résidant en Israël, Felice Ross crée les lumières pour des productions d’opéra, de théâtre, de danse et autres installations artistiques sur des scènes prestigieuses du monde entier. Parmi ses réalisations pour la scène lyrique figurent The Medium de Gian Carlo Menotti à l’Israeli Opera, Lulu à la Monnaie de Bruxelles, L’Affaire Makropoulos au Vlaamse Opera, Kinkakuji de Toshiro Mayuzumi à Tokyo et Strasbourg. Elle travaille aussi à Madrid, Paris, au Cape, au Royal Opera House, aux festivals de Salzbourg et d’Aix-en-Provence. Depuis 1998, elle illumine régulièrement les mises en scène de Krzysztof Warlikowski au théâtre comme à l’opéra, et en 2018, Felice Ross est honorée par Sir Paul McCartney du titre de membre associée du Liverpool Institute for Performing Arts.

Kata Wéber

Dramaturge

Actrice et dramaturge, Kata Wéber écrit pour différentes compagnies de théâtres : The Bat, Pieces of a Woman, My Sweet Haiti, Dementia, Evolution, et d’autres. Sa pièce Imitation of Life, mise en scène par Kornél Mundruczó, est nominée pour le prix Faust 2017. Sa première collaboration avec lui, le film White God, reçoit le prix Un certain regard à Cannes en 2014 tandis que leur film suivant, Jupiter’s Moon, fait partie de la sélection officielle 2017. Elle a collaboré la saison passée à L’Affaire Makropoulos.

Kornél Mundruczó

Metteur en scène

Cinéaste hongrois, Kornél Mundruczó est souvent l’invité des festivals. À Cannes, il remporte le prix Un certain regard en 2014 avec White God alors que Jupiter’s Moon fait partie de la sélection officielle de l’édition 2017. Déjà Pleasant Days remportait le Léopard d’argent au Festival de Locarno en 2002 tandis que son dernier long métrage Pieces of a Woman est lauréat de la Mostra de Venise 2020 (coupe Volpi de la meilleure interprétation féminine) et nommé aux Golden Globes 2021, BAFTA 2021, Oscars 2021. Kornél Mundruczó continue parallèlement la mise en scène au théâtre notamment avec sa compagnie Proton Theatre mais aussi avec divers ensembles fixes comme au Thalia Theater. À l’opéra, il a mis en scène Le Château de Barbe-Bleue de Béla Bartók (Opéra Ballet des Flandres 2014) et L’Affaire Makropoulos (Opéra Ballet des Flandres 2016, Grand Théâtre de Genève 2020). Voyage vers l’espoir devait être sa première au Grand Théâtre de Genève la saison 2019- 20. C’est finalement la production de L’Affaire Makropoulos qui fit office de baptême la saison passée.