Atys

                 Atys                 

Tragédie en musique de Jean-Baptiste Lully

Tarifs:
Dès CHF 17.-
dim. 27 févr.19:30
mar. 1 mars19:30
jeu. 3 mars19:30
dim. 6 mars15:00
mar. 8 mars19:30
jeu. 10 mars19:30
L’identité fatale de l’amoureux n’est rien d’autre que : je suis celui qui attend.

Roland Barthes, Fragment d’un discours amoureux

Infos et distribution

Œuvre

Infos et distribution

Tragédie en musique de Jean-Baptiste Lully
Livret de Philippe Quinault d’après Ovide
Créé à Saint-Germain-en-Laye en 1676
Pour la première fois au Grand Théâtre de Genève
Coproduction avec l’Opéra royal de Versailles

27 février 2022 – 19h30
1, 3, 8, 10 mars 2022 – 19h30
6 Mars 2022 – 15h

DISTRIBUTION
Direction musicale Leonardo García Alarcón
Mise en scène et chorégraphie Angelin Preljocaj
Décors Prune Nourry
Costumes Jeanne Vicérial
Lumières Eric Soyer
Dramaturgie Gilles Rico
Direction des chœurs Alan Woodbridge

Atys Matthew Newlin
Cybèle Giuseppina Bridelli
Sangaride Ana Quintans
Célénus Andreas Wolf
Idas / Phobétor Michael Mofidian
Doris / Iris Gwendoline Blondeel
Mélisse / Flore Lore Binon
Le sommeil / Zéphyr Samuel Boden
Morphée / Dieu de Fleuve Valerio Contaldo
Le fleuve Sangar / Le Temps Luigi De Donato
Melpomène Marta Fontanals-Simmons
Phantase José Pazos

Chœur du Grand Théâtre de Genève
Ballet du Grand Théâtre de Genève
Cappella Mediterranea

Avec le soutien de

MADAME ALINE FORIEL-DESTEZET
MÉCÈNE PRINCIPALE


PARTENAIRE DE L’ART CONTEMPORAIN À L’OPÉRA

FAMILLE SCHOENLAUB & JACQUES ET IMAN DE SAUSSURE
MÉCÈNES POUR LA CAPPELLA MEDITERRANEA


PARTENAIRE DU BALLET DU GRAND THÉÂTRE

Œuvre

Poursuivant l’exploration de l’opéra-ballet commencée avec Les Indes galantes il y a déjà deux saisons, le Grand Théâtre et Leonardo García Alarcón à la tête de sa Cappella Mediterranea, s’attribuent les services d’Angelin Preljocaj, la figure de proue de la chorégraphie française, pour mettre en scène Atys, ce chef-d’œuvre quelque peu oublié du grand Lully. Il y a quelque chose dans cet opéra qui mène à l’obsession. Louis XIV en était si épris qu’on l’entendait fredonner les airs lorsqu’il se promenait dans le palais. Exhumé par William Christie en 1987 avec la renaissance du baroque, plus personne n’osait approcher ce graal du répertoire de la pratique historique. L’intrigue mythologique de l’opéra, établie par le librettiste Phillippe Quinault, est pourtant assez simple. Tirée d’Ovide, elle raconte un quadrangle amoureux : le jeune Atys, prêtre de la déesse Cybèle, et Sangaride s’aiment, mais Sangaride doit épouser Idas, le roi de Phrygie, et Cybèle aime à son tour Atys. Les triangles amoureux impliquant des divinités ont tendance à se terminer particulièrement mal et celui-ci ne fait pas exception. Cybèle utilise ses pouvoirs pour qu’Atys tue Sangaride. Quand Atys réalise ce qu’il a fait, il se donne la mort.
Atys est un tournant, le premier opéra de son genre – la tragédie lyrique – à se terminer de façon… tragique. Comme les liaisons de Louis XIV étaient connues de toute la cour, le fait que ses personnages soient punis pour leurs désirs rend l’infatuation du roi pour Atys d’autant plus surprenante. Son mélange capiteux de sensualité et de rigueur est ce qui a attiré les gens, y compris le chorégraphe et ici aussi metteur en scène Angelin Preljocaj. L’artiste prolifique aime en effet explorer les univers les plus divers et tisser des liens entre aujourd’hui et hier, la tradition et la modernité, des éléments qui semblent, au premier abord, disparates. Il est rejoint à la scénographie par une artiste plus téméraire : dans sa pratique audacieuse et pluridisciplinaire – qui allie la conceptualisation de haut vol à la performance, à la photographie, à la vidéo et à la sculpture – la jeune plasticienne française Prune Nourry fait des déclarations incisives sur des questions allant de la politique du genre au dialogue interculturel. Sa scénographe pour cette production d’Atys sera sa première incursion sur la scène de l’opéra.
La question que pose Atys est simple : comment exprimer ce que nous ressentons ? La réponse n’est pas évidente, mais à notre époque définie par l’émotion à tout va, le style baroque nous enseigne que ce n’est qu’en vertu de la forme que les émotions acquièrent un véritable sens. Les danseurs et danseuses du Ballet du Grand Théâtre donneront corps à cette histoire de non-dits et de réticences. Et les chanteurs prêteront leur voix aux personnages en guerre contre la révélation de leurs propres sentiments. En tête d’une distribution de spécialistes baroques, la voix angélique d’Ana Quintans en Sangaride et le ténor percutant de Matthew Newlin dans le rôle-titre.

Podcast

Podcast

Une proposition du Grand théâtre de Genève et de RTS culture
Conception et voix : Charles Sigel
Réalisation : Gerald Hiestand

Plage

Atys à La Plage

Découvrez toutes les activités qui gravitent autour de la production.

Apéropéra
Jeudi 3 février à 18h30
+

Les chants de la terre et du ciel
 
Venez découvrir avec les artistes de la Cappella Mediterranea une sélection envolée de petits bijoux de contemporains italiens et français du franco-italien Lully. Un programme inspiré par la nature qui nous entoure, en mode quelquefois très vivace et réaliste. Venez entendre les oiseaux et les ruisseaux chanter en mode baroque.
 
Jeudi 3 février 2022
Dès 18h30
Entrée CHF 25.– (premier drink compris)
Dans les foyers du GTG

 
> RÉSERVER
 
Gwendoline Blondeel, soprano
Rodrigo Calveyra, flûte à bec et conception
Catherine Plattner, violon
Teodoro Baù, viole de gambe
Marie Van Rhijn, clavecin
 
Programme
Jean-Joseph de Mondoville – « Venez, petits oiseaux »
Marc-Antoine Charpentier- « Feuillages, naissez »
Jean-Féry Rebel – Musette
Louis Antoine Lefebvre – « Vous, qui voyez ce feuillage »
Jacques Champion de Chambonnières (arr. J. d’Anglebert) – Sarabande « Jeunes Zéphirs »
Marc-Antoine Charpentier – « Ruisseau qui nourrit dans ce bois »
François Couperin – « Rossignol en amour »
Antonio Vivaldi (en l’honneur de Louis XV) – « Se qui pace tall’or »
 
 
Mesures sanitaires
Suivant les directives des autorités, dès le lundi 20 décembre 2021, selon la règle dite des « 2G » seules les personnes disposant d’un Certificat COVID attestant d’une vaccination ou d’une guérison auront accès à la salle. Le certificat accompagné d’une pièce d’identité sera demandé à l’entrée du bâtiment. Le port du masque est obligatoire.

Duel #2
Jeudi 17 février à 20h
+

Projection en avant-première du film documentaire « Serendipity » de Prune Nourry suivie d’une discussion avec l’artiste
 
« Au musée, certains s’arrêtent sur une œuvre, d’autres sur une autre. Il y a dans l’œuvre qui retient votre regard un mélange de hasard et d’intuition : c’est la sérendipité. ». Prune Nourry est une plasticienne exposée dans le monde entier. Depuis 15 ans, elle explore avec brio les domaines de la bioéthique, du corps féminin et de la fertilité, mêlant sculpture, vidéo et photographie. Lorsqu’elle est diagnostiquée d’un cancer du sein, son monde bascule : Prune Nourry décide alors de tourner sa caméra sur elle-même, et de faire de cette maladie une épopée artistique.
 
Dans le cadre de son Duel #2, le Grand Théâtre a le plaisir de projeter en avant-première le documentaire réalisé par Prune Nourry, « Serendipity ». Le film sera suivi d’une conversation menée par Tatyana Franck autour de l’intimité de l’une des artistes les plus foisonnantes de sa génération, et du rôle du cinéma dans cette exploration.
 
En collaboration avec le FIFDH et co-présenté par le Grand Théâtre de Genève et les Hôpitaux Universitaires Genevois (HUG), Centre du sein & Centre des cancers.
Modération : Tatyana Franck, François Ansermet
 
17 février 2022 à 20h
Entrée CHF 15.-
Foyer du GTG

 
> RÉSERVER

Éclairage
Mardi 22 février à 18h30
+

Atys et Lully : les favoris du Roi, conférence présentée par Gregory Rauber
 
Mardi 22 février 2022
À 18h30
Au Théâtre de l’Espérance

> plan d’accès
 
> PLUS D’INFO

Atelier public
Samedi 26 février à 11h
+

Autour d’Atys
Et si on abordait ensemble le spectacle autrement ?
 
Une fois par production, le samedi matin, rejoignez-nous pour un atelier de pratique artistique en lien avec la thématique de l’opéra ou du ballet à venir. Chant, danse, théâtre, écriture, arts plastiques, laissez-vous surprendre et venez mettre en voix, en scène, en mots ou en images, avec des professionnels qui vous guideront à travers l’une des facettes de cet art total qu’est l’opéra.
 
Samedi 26 février 2022
De 11h à 12h30
Foyer du GTG
Entrée CHF 15.–

 
> RÉSERVER
 
 
Mesures sanitaires
Suivant les directives des autorités, selon la règle dite des « 2G » seules les personnes disposant d’un Certificat COVID attestant d’une vaccination ou d’une guérison auront accès à la salle. Le certificat accompagné d’une pièce d’identité sera demandé à l’entrée du bâtiment. Le port du masque est obligatoire.

En coulisse
Dimanche 6 mars
+

N’avez-vous jamais rêvé de guigner de l’autre côté du rideau juste après le spectacle ? De voir comment tout l’appareil fonctionne ? De passer subrepticement en coulisse et voir les femmes et les hommes de l’ombre s’affairer à remettre la scène en état ? Et qui sait, croiser une ou un artiste de la représentation que vous venez de vivre ?
 
À l’issue de la représentation du 6 mars, guidés par un des responsables techniques de la production, vous pourrez ainsi passer de l’autre côté et découvrir monts et merveilles. Profitez-en, vous pouvez poser toutes les questions qui vous passent par la tête. Et en plus c’est gratuit.
 
La visite des coulisses dure approximativement 20 minutes et démarre 15 minutes après le spectacle. Entrée libre avec le spectacle sur réservation préalable auprès de notre service billetterie par courriel [email protected].

Intropéra
45 minutes avant le spectacle
+

Vite, vite ! La cloche ne sonne pas encore mais 45 minutes avant le spectacle, on se rafraîchit la mémoire, on s’éveille au printemps de l’opéra : un petit avant-goût qui vous rapporte les clés de l’œuvre et vous guide à l’intérieur des mondes merveilleux, apocalyptiques, critiques ou hyperréalistes créés par les équipes artistiques pour chaque production. Vite, vite, le temps d’attraper un verre de bulles au pas- sage et vous voilà assis(e) sous le plafond scintillant des mille et un opéras !
 
45 minutes avant chaque représentation
Entrée libre avec le spectacle
Foyer du GTG

21-22

Saison 21-22

Programmation
Retrouvez le programme complet de la nouvelle saison.
Titanic, un film de Pauline Julier
En réaction au slogan Faites l’amour,… Pauline Julier a produit Titanic, une vision fulgurante d’un monde en naufrage où le spectacle continue.
Faites l’amour
Présentation, interview d’artistes, explications… tout savoir et comprendre sur la nouvelle programmation du GTG.
Abo

S’abonner

Offrez-vous l’émotion d’une saison et obtenez la garantie de bénéficier des meilleures places, au meilleur prix, dans toutes les catégories !

Découvrez nos formules d’abonnement pour la SAISON 21-22.

#WeArtGTG

Tout l’univers du GTG. Ici, là, partout.

Restez connecté avec le GTG

Ma Newsletter

Ma Newsletter

Alan Woodbridge

Directeur des chœurs du Grand Théâtre depuis 2014, le travail d’Alan Woodbridge est empreint par la vigueur, l’exigence et l’intense musicalité de son approche. Chanteur de formation, organiste et pianiste, étudiant à Trinity Cambridge et au Royal College of Music de Londres, il travaille entre autres à Londres, Amsterdam, Tokyo, Dresde, Paris ou San Francisco. Il a été chef de chœur à l’Opéra de Lyon pendant 18 saisons, participant aux productions et enregistrements avec des équipes de renommée internationale. Citons la Trilogie Pouchkin avec Kirill Petrenko et Peter Stein. Il a reçu un Grammy pour l’enregistrement de Doktor Faust de Busoni. Alan Woodbridge est Chevalier des arts et des lettres.

© GTG / Matilde Fassò