2020-2021 Season

2020-2021 Season

Augmented reality

20-21

2020-2021 season – Augmented reality

A Season, a Journey of the Imagination

Over the next few weeks, we will discuss the upcoming 2020-2021 season through a focus on the creators, directors, composers, singers, etc. who will be featured next season. Choosing the theme of augmented reality means both renewing the relationship between opera and fiction from a technological perspective and rethinking the relationship between opera and reality. The 2019-2020 season was rather political and historical. The next will be more metaphysical, symbolic, dreamlike.

Focus

In Focus

La Cenerentola
A burlesque and fun season opener with La Cenerentola by Rossini, stage directed by the french talent Laurent Pelly.
The Jeune Ensemble
They will be at our side during the whole season, get to know the 5 new members of the Jeune Ensemble of Grand Théâtre de Genève !
Hors Cadre
Meet pianist Chiara Opalio and choreographer Fana Tshabalala! Next November, they will be performing alongside the GTG Ballet.
Turandot
Focus on Turandot by Giacomo Puccini, director Daniel Kramer and the artistic collective teamLab.
Pelléas and Mélisande
Discover Pelléas et Mélisande and the work of Marina Abramović who will create the scenography for this opera by Debussy in April 2021.
Parsifal
In April 2021, Wagner’s Parsifal will make its return after more than 10 years of absence from the stage de Neuve.
Candide
In December, the Grand Théâtre will present Candide, the best musical for Geneva.
Explanations!
Dido & Æneas
The Peeping Tom collectThe Peeping Tom collective and conductor Emmanuelle Haïm will offer you a Dido like you’ve never seen or heard before.d before.
La Clemenza di Tito
Meet director Milo Rau and conductor Maxim Emelyanychev.
2020-2021 Season presentation
Operas, ballets, La Plage, the Grand Théâtre presents the next season.
The Reality at la Plage
Spontaneous or prepared, little extras to brighten up your days and break with the monotony of the semi-confined everyday life.
Portes ouvertes
GTGames
Activity books for younger children, crossword puzzles, quizzes, and much more.
La Cenerentola

La Cenerentola

The 2020-2021 season of the Grand Théâtre will start with La Cenerentola by Rossini, a co-production stage directed by the talented and in-demand Laurent Pelly, from the 14th to the 26th of September 2020. The well known tale by Charles Perrault is revisited in this dramma giocoso, with a Cinderella called Angelina, a step-mother turned Don Magnifico, and a good fairy transformed into a wise philosopher.

Laurent Pelly knows well the Cinderella tale, having stage directed the Massenet version that triumphed at the Met Opera of New York. At Grand Théâtre, the pumpkin carriage gives way to a sober interior frame and a glamorous and shiny universe. The french stage director is used to grand lyrical scenes and knows well the Western Switzerland’s public, having presented Viva la Mamma! and Le Médecin malgré lui at the Opéra des Nations, as well as La Grande-Duchesse de Gérolstein on the Place de Neuve stage.

La Cenerentola – Trailer

La Cenerentola – Trailer

A stage direction and costumes by Laurent Pelly, next to his fellow associate Chantal Thomas who signs the scenography, and Duane Schuler the lighting design. This co-production was shown in december 2019 at De Nationale Opera of Amsterdam, meeting huge public and critical acclaim.

Viva la mamma! – Trailer

Viva la mamma! – Trailer

In december 2018, Laurent Pelly presented Viva la mamma! at Opéra des Nations. A burlesque and unforgettable production that delighted the Geneva public during the Holidays.

The Jeune Ensemble

The Jeune Ensemble

They come from Belgium, Germany, France and the United States : get to know our 5 new members of the Jeune Ensemble 2020-2021. The mezzo-soprano Anna Schaumlöffel will be at our side for L’affaire Makropoulos, Candide, Parsifal and La Traviata. Next to her for those 4 operas, we will get to know the Lyonnese tenor Julien Henric. He will also participate in the young public’s opera Le Soldat de plomb and the first event of the season, the Aubes musicales at Bains des Pâquis. At their side for La Traviata and Parsifal, we will meet the Belgian soprano Emma Posman. A slightly different program awaits the soprano Marie Lys, that we will get to know in Pelléas et Mélisande and Didon et Enée, as well as La Clémence de Titus. Finally, the bass-baritone Justin Hopkins will hold many roles by featuring in Candide, Pelléas et Mélisande, La Clémence de Titus, Parsifal and La Traviata!

Hors Cadre

Hors Cadre

Next November, discover the Ballet du Grand Théâtre de Genève in a program featuring 2 choreographies: Better Sun by Fana Tshabala and Exhibtion by Sibi Larbi Cherkaoui.
In the course of his brief career, the young choreographer Fana Tshabalala has already investigated the notion of what an “ideal man” is in various societies, this time his aim is the search for a better world. His new piece Better Sun is the story of a departure towards an unknown universe, limitless but full of horizons. The departure is painful but it is a journey full of hope because the only baggage the dancers carry is their bodies as they explore the desert that opens up to them. Where there are no attachments or roots, there can be no rift or rupture. No one knows if the journey is long, nor where it leads. The South African is pointing at the refugees scattered on the roads and the absurdity of the political shambles that responds to this issue.
After the great success of Fall last season, the Belgian and world dance sensation Sidi Larbi Cherkaoui is back to the Grand Theatre with his piece Exhibition choreographed on Moussorgsky’s Pictures at an Exhibition, one of the only instrumental pieces by this virtuoso pianist who takes the listener from one picture to another. On stage, pianist Chiara Opalio will accompany the movements of the dancers of the Ballet du Grand Théâtre.

As a sneak preview, the pianist is featured in this recording of Moussorgsky’s work made at the church of San Giovanni in Ala in Italy.

Dancer and choreographer Fana Tshabalala reflects on his work and collaboration with Russian-Swiss dancer Vladimir Ippolitov at various points over a five year period. The two dancers developed a piece ‘Man’ together, which was shown during the 2018 Dance Umbrella Festival in Johannesburg.

Turandot

Turandot

Daniel Kramer’s new staging transposes the old fairy tale to a futuristic world where Turandot’s magic and power hold sway. By a dystopian game show, reminiscent of Hunger Games the regime of the woman who refuses to become one institutes a surveillance state in which men are culled and the reproduction and breeding of the human species is conducted in a mechan-ical facility. The US-born director harks back to the archaic essentials of the battle between the sexes.

Vocalises

Vocalises sur Turandot avec les enfants de la Maîtrise du Conservatoire populaire

Ils s’entraînent dès à présent, retrouvez-les en septembre dans Turandot ! Les enfants de la Maîtrise du Conservatoire populaire de musique, danse et théâtre prendront part au premier opéra de la saison, l’hypnotisant Turandot de Puccini, sous la baguette d’Antonino Fogliani.
 

 
Dans Turandot, le chœur d’enfants intervient à 4 reprises, et toujours avec le même motif: une mélodie pentatonique d’origine chinoise, qui sera l’un des thèmes récurrents, et qui traversera l’œuvre de bout en bout.
La première intervention, sans doute la plus marquante, se situe au 1er acte, lorsque la foule agitée, excitée à l’idée de la mise à mort du jeune prince perse qui a failli au jeu cruel des énigmes , se calme soudain en se tournant vers le ciel sombre, à la recherche de la lune. Dans ce moment suspendu arrivent les enfants, précédant le bourreau, chantant cette mélodie pure et simple (que l’on entend pour la première fois). L’effet est saisissant… La seconde intervention, autre moment-clé, au deuxième acte, annonce l’ apparition de la Princesse Turandot, à nouveau dans un climat d’attente glacée… Le thème est cette fois-ci doublé par tout le chœur bouche fermée. Par la suite, les enfants participeront aux scènes de foule, d’une part pour acclamer le prince Calaf victorieux, et d’autre part, à la fin pour saluer l’aube naissante, symbole de vie sauve pour le prince.
Les enfants de la Maîtrise sélectionnés pour cet opéra seront jeunes, voire très jeunes, selon le souhait du metteur en scène Daniel Kramer. La musique écrite pour eux est relativement simple, mais étonnamment, dans un médium plutôt grave (jusqu’au si bémol en-dessous de la portée) pour des voix d’enfants souvent utilisées plutôt dans une tessiture lumineuse et brillante plus aigüe. Il ne s’agira donc pas du tout des mêmes enfants, par exemple, que pour Parsifal au printemps 2021, ou là, seront privilégiées les voix déjà bien travaillées, aux tessitures plus étendues, et au souffle long, pour une écriture à 4 voix très exigeante, et qui seront donc plutôt nos grands élèves…
La Maîtrise se réjouit beaucoup de pouvoir à nouveau participer à un opéra, aux côtés de chanteurs et musiciens de haut vol! Pour tous les enfants qui ont pu vivre de tels moments, cela représente une expérience marquante, des soirées magiques inoubliables…

Excerpts

Excerpts: Borderless Exhibition by teamLab

For the first time in their career, the famous international art collective teamLab will be working on the scenography of an opera, using state-of-the-art visual technologies for effects that have never before been seen on an opera stage. teamLab’s light creations have been seen all over the world; they form an immersive artistic experience that absorbs and enthrals the audience in an avant-gardist visual flux. Discover an overview of their work through a 360° video:

Live

Live with Daniel Kramer

After three years of working to bring English National Opera back to success, Daniel Kramer is leaving his position as Artistic Director of ENO in 2019 to resume his career as a theatre and opera director. His remarkable Punch & Judy, which he revived in Geneva in 2008, won the Outstanding Achievement in Opera and South Bank Award at its premiere at ENO. On Thursday 4 June, he was live on facebook to answer your questions. You can send him your messages now via the form below.

Pelléas

Pelléas and Mélisande

Maurice Maeterlinck’s 1893 play Pelléas et Mélisande is one of the iconic works of the Symbolist movement, in which so many other Belgian artists like James Ensor, Fernand Khnopff and Georges Rodenbach were preeminent. Claude Debussy was one of the many musicians seduced by the play’s extemporal mystery and asked Maeterlinck to rework the text into a libretto for the only real opera he would ever compose: “I wanted the action to never end, I wanted it to be continuous, uninterrupted. I never consented that my music, for technical reasons, should rush or delay the movements of the characters’ feelings and passions.” The anti-rhetorical nature of Pelléas et Mélisande, always steering clear of any kind of emphasis, made it the flagship of the anti-Wagnerian movement in its time, even if Debussy’s opera is audibly a modernist answer to Tristan and Parsifal.
The staging of this organic and lyric dreampiece brings together two Belgian masters of movement and dance, Sidi Larbi Cherkaoui and Damien Jalet, and the legendary Serbian visual and performance artist Marina Abramović. They make their matter of the uninterrupted cycle of life and its inherent links to the cosmos. Like Debussy in his music, the eschew any kind of illustrative gesture, but here and there cast rays of cosmic light on the invisible energies and the hidden emotions of the characters. Eight dansers express on stage the interiority of the singers’ feelings and forward thinking haute couture designer Iris van Herpen weaves them in unseen webs.

The Cleaner

Streaming: The Cleaner

Meet the artist Marina Abramović through a documentary in 3 parts about her work for the exhibition “The Cleaner” presented at the Moderna Museet in Stockholm in 2017.
 

Preview

Preview: Pelléas et Mélisande

Performed in 2018 at the Opera Ballet Vlaanderen, Pelléas et Mélisande is the result of a reflection between Sidi Larbi Cherkaoui, Damien Jalet and Marina Abramović. The artistic team explains its work on this work by Debussy.
 

Presse

Press review

«Sous le regard cosmique de Marina Abramovic»
Le Temps
«Aviel Cahn: «Ce «Pelléas et Mélisande» représente bien la philosophie de mon travail et de mes choix» »
Le Temps
Parsifal

Parsifal

More than 10 years after his last appearance on the stage in Neuve, Parsifal will make his comeback in a production directed by Michael Thalheimel in April 2021.
Beyond the “festival play for the consecration of the stage” as Wagner called Parsifal, the work carries all the symbols of decline. Thalheimer sees it as a farewell to the world. The world bids farewell to the Grail knighthood, the knights bid farewell to their lives and worldly works.
Wagner designed Parsifal for the Bayreuth Festival Theatre and composed it for its recessed and hooded orchestra pit. This feature was responsible for the astounding mix of sound between singers and orchestra at the premiere in 1882. There will be no hooded pit in Geneva but with Jonathan Nott as musical director at the head of the Orchestre de la Suisse Romande, expect to hear a unique mix of transparency and vitality as they unfold the masterpiece’s state of matter.

Streaming

Streaming: Dans les coulisses de Parsifal

“Caméra 5” a pour vocation de faire découvrir un lieu lié à un événement, des personnages et leurs histoires, perçus sous différents angles d’approche : le Parsifal de Wagner présenté lors de la saison 2003-2004 était une opportunité idéale de pénétrer dans les coulisses du Grand Théâtre de Genève, et d’assister à l’accouchement d’un opéra par ses créateurs et ses techniciens. Plusieurs équipes de tournage synchronisées ont suivi les personnages clefs impliqués dans cette production du Grand Théâtre de Genève, tous concentrés à l’extrême et angoissés à l’idée du moindre incident ou accident de parcours.
Auteur : Patrick Dedole.
 

Dossier

«Wagner : Tout savoir (ou presque) sur Parsifal.»
France musique
Candide

Candide

In its time and place, Candide was, without a doubt, the best of all possible books. And now, the Grand Théâtre proposes that it becomes the best of all possible musicals for Geneva.
Candide was originally conceived in the early 1950s by Lillian Hellman as a play with incidental music but Leonard Bernstein was so excited about this idea that he convinced Hellman to write an original libretto for an operetta which he would put to music. Hellman was one of the ma-jor targets of the McCarthy era’s anti-Communist witch-hunts, which might ex-plain the urgency and brilliance of her polit-ical satire, notably in the operetta’s legendary Auto-dafé scene. Bernstein, however, tempered the work with his steadfast and generous optimism, which might have raised Voltaire’s eyebrows a bit, but which makes Candide’s finale echo the soaring “Aufersteh’n” of Mahler’s Resurrection Symphony. Bernstein never managed to decide what his piece was going to be: an opera, an operetta or a bona fide musical, letting the audience (and the director) make up their minds about his hybrid creature, somewhere between a tribute to the Old European stage genres and American entertainment, with its underlying cynical bite.
For this performance of Candide in the city where it was (remotely) conceived, we have asked German-Australian director Barrie Kosky to stage Leonard Bernstein’s most operatic composition. At the head of Berlin’s Komische Oper since 2012, Kosky loves putting a dash of Broadway into his opera, especially when he can also season it with a hefty pinch of Brechtian salt.

Trailer

Candide – Trailer

A glamorous and funny show with over 800 costumes and song and dance num-bers in a tribute to the best of Broadway.

Let’s talk

Let’s talk about opera!

Barrie Kosky answered the most-asked questions about opera from Google for the Royal Opera House.

Bernstein

Candide’s Overture

Overture to Candide conducted by Leonard Bernstein. This New York Philharmonic Young People’s Concert was entitled Overtures and Preludes and was recorded October 22, 1960.

Interview

Interview

« Barrie Kosky on The Joy of Operetta»
Bachtrack
Dido

Dido & Æneas

In the theatrical world of the Belgian dance collective Peeping Tom, relationships between the beings who inhabit the stage are the starting-point of endless explorations inside bodies and minds. As they zoom in and out, we embark on a journey from microscopic impressions to macroscopic feelings as huge as… the most grossly misshapen of superlative realities. This world of psyche and emotion, with rules that are both strict and organic, will be asked to stage an opera for the first time in the collective’s history. Fortu-nately, there’s all the space they need on the Grand Théâtre stage, so no fear that they might get stuck.
And no fear they should creak either! Since Emmanuelle Haïm herself is officiating as mistress of ceremonies at the head of the ensemble with which she has long been exploring the music of Henry Purcell. Le Concert d’Astrée will them-selves be busy with some improvisational pyrotechnics, shifting from one reality on the stage to another, from authentic musical textures to magnificent chromatics inspired by Dido’s famous final lament “When I am laid in earth” from the only opera the British Orpheus ever composed. This is Dido like you have never seen or heard it before.

Peeping Tom

Peeping Tom: Showreel

Get a glimpse of the theatrical world of the Belgian dance collective Peeping Tom who will direct and choreograph Henry Purcell’s Dido & Æneas at the Grand Théâtre de Genève in May 2021.

Æneas

Inteview: Emmanuelle Haim

Conductor Emmanuelle Haim talks about Dido & Æneas, an opera by Henry Purcell that she will conduct at the Grand Théâtre de Genève in May 2021.

Titus

La Clemenza di Tito

From shamanic rituals to political lynchings, Milo Rau and his crew take seize this opportunity to question the violence of this present time through Mozart’s opera. The young conductor Maxim Emelyanchev, recently starring at the Glyndebourne Festival, is there to give support with the Orchestre de la Suisse Romande and the great Mozartian voices of the day, such as Swiss tenor Bernard Richter, to mention only one.

Streaming

Streaming: Close up on Milo Rau & Maxim Emelyanychev

Close-up on the director Milo Rau and the conductor Maxim Emelyanychev, who will perform in February 2021 for La Clemenza di Tito by Wolfgang Amadeus Mozart at the Grand Théâtre de Genève.

Live

Live with Milo Rau

True headliner of the 20-21 season, the director of La Clemenza di Tito, Milo Rau, was live on the 30th of April, 6:30pm on our Facebook page to answer questions from the audience. A unique opportunity to exchange on committed culture.

Presse

Opinions :
Milo Rau

«Le coronavirus, le libéralisme autoritaire et la révolte des superflus»
La carte blanche de Milo Rau
«Milo Rau et le NTGent ont publié en mai dernier un manifeste encadrant la programmation artistique de la structure.»
Le Manifeste de Gand
20-21

2020-2021 season – Augmented reality

Réalité

Enhance your reality!

Discover the 2020-2021 program of the Grand Théâtre de Genève with this video presentation. Operas, ballets, La Plage activities, recitals, concerts, everything is revealed.

Creators

Meet the creators

Discover the creators of the 2020-2021 season.

Voices

Season’s Singers

Aviel Cahn presents the voices of the 2020-2021 season.

Plage

The Reality at La Plage

GTGames

Each week, our cultural mediation team offers you the opportunity to explore the topic in a playful way. An activity book for the youngest, crosswords, quizzes, and much more designed especially for you.

#WeArtGTG

All the GTG world. Here, there, everywhere.

Stay connected with the GTG


Grand Théâtre de Genève · Intropéra – Le Messie

Philharmonia Chor Wien

Fondé en 2002 à l’initiative de Gérard Mortier, il s’est d’abord présenté sous des noms spécifiques à des projets avant de devenir un chœur indépendant sous le nom de Philharmonia Chor Wien en 2006. Au cours de ses premières années, le chœur s’est produit sous la direction de chefs tels que Claudio Abbado, Marc Minkowski et Kent Nagano à Baden-Baden, à la Ruhrtriennale, au festival de musique de Brême et à Reggio Emilia et Ferrare dans des productions telles que Die Zauberflöte, Don Giovanni, Tannhäuser, Parsifal, L’Arlésienne et Unter Eis de Jörn Arnecke. Ils ont ensuite chanté dans Der Rosenkavalier et Elektra sous la direction de Christian Thielemann, Mefistofele sous la direction de Stefan Soltesz, Manon Lescaut, Tristan und Isolde, Tosca et Parsifal sous la direction de Simon Rattle et, en 2019, dans Otello sous la direction de Zubin Mehta. À la Pentecôte 2010, le chœur a fait ses débuts au Festival de Salzbourg dans Betulia liberata de Mozart sous la direction de Riccardo Muti. Par la suite, ils se sont produits régulièrement au Festival de Salzbourg : dans I Due Figaro de Mercadante en 2011, dans Falstaff et Don Giovanni sous la direction de Christoph Eschenbach et Alain Altinoglu en 2013 et dans L’Italiana in Algeri en 2018. Leurs projets les plus récents comprennent la première mondiale de Der Mieter d’Arnulf Herrmann à l’Opéra de Francfort et une série de représentations de Die Zauberflöte dans les carrières romaines de St. Margarethen. Le Philharmonia Chor Wien est également très demandé en tant que chœur de concert sous la direction de son fondateur, Walter Zeh.

Les Musiciens du Louvre

L’ensemble Les Musiciens du Louvre été fondé en 1982 par Marc Minkowski et se consacre depuis lors à faire revivre l’interprétation de la musique baroque, classique et romantique sur instruments historiques. Au cours des trente dernières années, Les Musiciens du Louvre ont été reconnus pour leurs interprétations de Haendel, Purcell et Rameau, ainsi que de Haydn et Mozart et, plus récemment, de Bach et Schubert. Un autre accent est mis sur la musique française du XIXe siècle, comme Les Nuits d’été et Harold en Italie de Berlioz, L’Arlésienne de Bizet et Cendrillon de Massenet. Parmi leurs succès récents dans le domaine de l’opéra, citons Le Bourgeois gentilhomme (Montpellier, Versailles, Pau), Orfeo ed Euridice (Salzbourg, Paris, Grenoble), Les Contes d’Hoffmann (Baden-Baden, Brême), La Périchole (Bordeaux), Le Nozze di Figaro (Vienne, Versailles), Don Giovanni (Versailles), Così fan tutte (Versailles), Alceste (Paris) et Der fliegende Holländer (Versailles, Grenoble, Vienne). Cette saison, sous la direction de Marc Minkowski, ils interpréteront La Périchole d’Offenbach, Ariodante de Haendel et Mitridate de Mozart, tandis que les représentations de musique sacrée entraîneront l’ensemble dans une tournée européenne et à Grenoble. Leur dernier enregistrement, La Périchole, sera suivi au printemps 2020 par un enregistrement de la Grande Messe en do mineur de Mozart. Entre 2007 et 2017, Les Musiciens du Louvre se sont produits chaque année à la Semaine Mozart de Salzbourg.

Violons 1
Stéphane Rougier, Claire Sottovia, Alexandrine Caravassilis, Mario Konaka, Martin Hebr, Heide Sibley, Laurent Lagresle, Paula Waisman, Bérénice Lavigne

Violons 2
Nicolas Mazzoleni, Pablo Gutiérrez Ruiz, Neza Klinar, Alexandra Delcroix Vulcan, Cora Stiehler Chiose, Koji Yoda, Cécile Mille

Altos
David Glidden, Joël Oechslin, Sabrina Chauris, Silvia Hagen

Violoncelles
Alma Hernan, Pierre Charles, Vérène Westphal, Aude Vanackère

Contrebasses
Christian Staude, Gautier Blondel, Clotilde Guyon

Flûtes
Annie Laflamme, Giulia Barbini

Hautbois
Andrea Mion, Yanina Yacubsohn

Clarinettes
Isaac Rodriguez, François Miquel

Bassons
Jani Sunnarborg, David Douçot

Cors
Gilbert Cami Farras, Camille Lebrequier

Trompettes
Emmanuel Mure, Philippe Genestier

Trombones
Hamid Medjebeur, Nicolas Grassart, Guy Genestier

Timbales
David Dewaste

Pianoforte
Francesco Corti

Max Harris

Un vieillard

L’acteur italo-américain Max Harris, encouragé par son épouse, n’a découvert ses qualités d’interprète insoupçonnées, qu’après avoir pris sa retraite après une longue carrière internationale de technicien et de programmeur. Outre sa participation à des publicités commerciales, il a repris divers rôles muets dans des opéras tels que Fidelio, Otello, Falstaff et Il Trionfo del Tempo e del Disinganno à La Scala de Milan. En 2018, Robert Wilson l’invite à jouer le rôle d’un vieil homme dans sa production de Il Trovatore de Verdi à Parme (2019 également au Teatro Comunale de Bologne). La mise en scène du Messie par Wilson a marqué son début au Festival de Salzbourg.

Alexis Fousekis

Danseur

Le danseur et interprète Alexis Fousekis est originaire d’Athènes, en Grèce, où il a étudié la danse contemporaine à l’École nationale de danse. À la fin de ses études, il a obtenu une bourse pour la Martha Graham School à New York. Il a travaillé avec Robert Wilson dans Oedipus Rex, avec Dionisis Savvopoulos et Ermis Malkotsis dans Plutus, avec Konstantinos Rigos dans Arcadia, avec Giannis Antoniou dans Memoirs of a Sailor, une production de l’Opéra national du Koweït, et avec Athanasia Kanellopouloui dans Exodus.

Walter Zeh

Direction des Chœurs

Né à Vienne, où il a étudié au conservatoire et à la Haute école de musique et des arts du spectacle. Walter Zeh est entré à l’Opéra d’État de Vienne en 1970 et y a chanté pendant 32 ans. Il a été actif en tant que chanteur de lieder et de concert, tant dans son pays qu’à l’étranger. Depuis 2002, il travaille également comme chef de chœur indépendant, notamment pour le Festspielhaus Baden-Baden, le Théâtre des Champs-Élysées à Paris, la Ruhrtriennale, le Festival de Salzbourg, le Festival de musique de Brême, le Festival de Lucerne, le Teatro Real de Madrid, l’Opéra de Francfort, la salle de concert de Dortmund, le Festspielhaus St. Pölten.

Konrad Kuhn

Dramaturgie

Il a étudié l’art dramatique et la littérature comparée à Berlin. Après avoir travaillé comme dramaturge dans différents théâtres, dont le Burgtheater de Vienne, il s’est tourné vers le théâtre musical. De 1999 à 2003, il a été dramaturge et assistant personnel du directeur du Staatstheater am Gärtnerplatz de Munich. Il collaborae régulièrement avec Claus Guth. De 2009 à 2012, Konrad Kuhn a été dramaturge à l’Opéra de Zurich. Il a collaboré avec Robert Wilson sur de nombreuses productions. Konrad Kuhn est dramaturge à l’Opéra de Francfort depuis 2015. En 2019, il a travaillé sur la nouvelle production de Tannhäuser de Tobias Kratzer au Festival de Bayreuth.

Manu Halligan

Création maquillages et perruques

Née à Rostock en 1973, elle a longtemps participé au travail de Robert Wilson, d’abord comme maquilleuse sur de nombreuses productions telles que les Shakespeare’s Sonnets, Peter Pan, puis comme créatrice de maquillages. Parmi leurs collaborations, citons les Pushkin Fairy Tales au Théâtre des Nations de Moscou, Garrincha au Teatro Paulo Autran, Edda au Théâtre de Norvège à Oslo. Manu Halligan a également conçu le maquillage et les perruques pour la production de Peter Stein du Krapp’s Last Tape de Beckett, et collabore régulièrement avec le chanteur et acteur Tim Fischer. Elle a également travaillé sur diverses productions vidéo, notamment pour le groupe Rammstein, des comédies musicales, des événements tels que Die goldene Kamera, ainsi que sur des panneaux d’affichage et des campagnes publicitaires, en collaborant avec des photographes tels que Jim Rakete et Stefan Maria Rother.

Tomasz Jeziorski

Création vidéo

Né à Varsovie en 1986, il a étudié la réalisation de films et l’écriture de scénarios à l’Institut de culture polonaise de l’université de sa ville natale et à l’École nationale de cinéma à Łódź. Il a travaillé sur des émissions de télévision, des documentaires et des longs métrages. Son travail a été présenté dans des festivals internationaux de cinéma à Locarno, Vancouver, Madrid, Saint-Pétersbourg, Tampere, Vienne et Sibiu. Depuis 2011, il travaille comme vidéaste sur les productions de théâtre et d’opéra de Robert Wilson, notamment The Life and Death of Marina Abramović (2011) pour le Festival international de Manchester et Das Mädchen mit den Schwefelhölzern (2013) pour la Ruhrtriennnale. Il a également travaillé avec des artistes tels que Laurent Chétouane, Karoline Gruber, Tilman Hecker et Herbert Grönemeyer. En 2015, il a été finaliste du concours Papaya Young Directors et a travaillé au Watermill Center de New York dans le cadre de leur programme de résidence d’artistes.

John Torres

Collaborateur lumières

Le New-Yorkais John Torres conçoit des éclairages pour des productions de théâtre et de danse ainsi que pour la mode, le cinéma et la presse écrite. Il a collaboré avec Robert Wilson sur plusieurs productions, notamment Edda au Det Norske Teatret à Oslo, Cheek to Cheek Live! avec Tony Bennett et Lady Gaga pour PBS Great Performances, et Turandot au Teatro Real à Madrid. Ses récents projets d’opéra comprennent Tristan et Isolde à La Monnaie à Bruxelles et Atlas de Meredith Monk au Los Angeles Philharmonic. John Torres a été concepteur d’éclairage lors des tournées de Taylor Mac, Solange Knowles et Joni 75, et a éclairé les pièces de danse I’m going to toss my arms – if you catch them they’re yours et Rogues de Trisha Brown au Théâtre national de Chaillot à Paris et Available Light de Lucinda Childs au Walt Disney Concert Hall à Los Angeles.

Carlos Soto

Costumes

Carlos Soto collabore avec Robert Wilson en tant qu’interprète et créateur de costumes depuis 1997, travaillant sur des productions comme Adam’s Passion, Einstein on the Beach et The Life and Death of Marina Abramović. En tant que metteur en scène, il a dirigé des productions dans des lieux inhabituels, dont le Musée Guggenheim, le Kampnagel de Hambourg et le Palais de Tokyo, et il a été artiste en résidence au Willem de Kooning Studio, au Lower Manhattan Cultural Council, au New York Live Arts et au Watermill Center. Il a récemment conçu les costumes pour El Cimarrón de Hans Werner Henze, mis en scène par Zack Winokur et mettant en vedette le baryton- basse Davóne Tines, Perle Noire: Meditations for Joséphine avec la soprano Julia Bullock, et Oedipus Rex de Robert Wilson. En Allemagne, il a travaillé comme costumier sur UR de Sulayman al Bassam au Residenztheater de Munich.

Stephanie Engeln

Collaboratrice à la scénographie

Née à Düsseldorf, elle a fait des études de design d’intérieur et de design. Depuis 1985, elle a travaillé dans le monde entier dans de nombreuses disciplines créatives différentes, notamment la scène, les expositions, le design d’intérieur et le graphisme. Sa collaboration avec Robert Wilson a débuté en 1989 au Schauspiel Frankfurt avec King Lear. Parmi les nombreux projets de Robert Wilson, elle a travaillé à la scénographie de plusieurs de ses créations emblématiques, telles que Die Zauberflöte et Madama Butterfly à l’Opéra national de Paris ou Pelléas et Mélisande ainsi que Erwartung de Schoenberg et Le Château de Barbe- Bleue de Bartók, présentés au Festival de Salzbourg. En 2015, elle a travaillé à la scénographie de la production de La Traviata de Robert Wilson. En 2018, elle a créé avec Wilson une production de Turandot au Teatro Real Madrid, présentée également en 2019 à la Canadian Opera Company de Toronto.

Nicola Panzer

Co-metteure en scène

Elle a étudié la mise en scène du théâtre musical sous la direction de Götz Friedrich à la Haute école de musique et des arts du spectacle de Hambourg. Son travail artistique l’a conduite dans les maisons d’opéra de Barcelone, Tel Aviv, Tokyo, Los Angeles, Anvers, Thessalonique, São Paulo, Baden-Baden, à Covent Garden, au Théâtre du Châtelet, aux festivals de Salzbourg et Bayreuth. Sa mise en scène d’extraits du cycle Aus den sieben Tagen de Stockhausen a été invitée à la Biennale du théâtre de musique contemporaine de Munich. Parmi ses autres productions, citons The Tide de Boris Blacher à Hambourg, Riders to the Sea de Vaughan Williams et Die Entführung aus dem Serail à Francfort-sur-le- Main, Les Mamelles de Tirésias à Leipzig. Nicola Panzer travaille avec Robert Wilson depuis 1988 ; parmi ses dernières collaborations en tant que metteure en scène associée, on peut citer Macbeth, Pushkin Fairy Tales, Letter to a Man, La Traviata, Il Trovatore, Turandot et Otello.

José Coca Loza

Basse

Ses études ont conduit la basse José Coca Loza de son pays d’origine, la Bolivie, à la Haute école de musique de Bâle, en passant par les États-Unis. Son répertoire d’opéra comprend Alidoro dans La Cenerentola, Nettuno dans Il Ritorno d’Ulisse in patria de Monteverdi, Osmin dans Die Entführung aus dem Serail de Mozart, Beto dans Gianni Schicchi de Puccini, Sparafucile dans Rigoletto, le Vieux Serviteur dans Elektra et bien d’autres encore. Son activité de concertiste au vaste répertoire l’a amené à se produire dans les grandes salles de concert et les opéras d’Europe. Il a joué aux côtés d’artistes tels que Cecilia Bartoli, Andrea Marcon, Jean-Christophe Spinosi, Vesselina Kasarova, Daniela Dolci et Soyoung Sim. En plus de ses débuts à la Semaine Mozart de Salzbourg, la saison 2019-20 comprend le rôle de Mustafa dans L’Italiana in Algeri au Festival de Grenade et une tournée dans le rôle de Rocco dans Fidelio de Beethoven.

Stanislas de Barbeyrac

Ténor

Après avoir poursuivi ses études au conservatoire de musique de Bordeaux avec Lionel Sarazzin et être récompensé par de nombreuses distinctions, Stanislas de Barbeyrac est aujourd’hui l’un des ténors les plus prisés de sa génération. En 2014, il est d’ailleurs élu « Révélation artiste lyrique » aux Victoires de la musique et est depuis invité par les lieux les plus prestigieux. Il fait ses débuts remarqués au Festival d’Aix- en-Provence dans le rôle de Tamino, puis au Covent Garden en Arbace dans une nouvelle production d’Idomeneo ; il interprète aussi Narraboth (Salome) au Teatro municipal de São Paulo, et Pâris (La Belle Hélène) à l’Opéra d’Avignon. En 2015, il fait ses débuts au Festival de Salzbourg avec Davide Penitente, et retourne à l’Opéra national de Paris pour Admète (Alceste). Récemment, il chante le Chevalier de la Force (Dialogues des Carmélites) à La Monnaie de Bruxelles, au DNO d’Amsterdam et à l’Opéra d’État de Bavière à Munich.

Helena Rasker

Contralto

La contralto Helena Rasker est diplômée du Conservatoire royal de La Haye et puis de Tanglewood (USA). Ces dernières années, on a pu l’entendre dans des rôles d’opéras tels que Ramise dans Arminio de Haendel, sous la direction de Laurence Cummings, ou Erna dans la première mondiale de Georg Friedrich Haas Morgen und Abend (dir. Michael Boder). Elle chante aussi Into the little Hill de et sous la direction de Sir George Benjamin, avec l’Ensemble Modern, et la Diaconesse dans Le Roi Roger de Szymanowski avec l’Orchestra dell’Accademia Nazionale di Santa Cecilia et Sir Antonio Pappano. Avec Marc Minkowksi et Les musiciens du Louvre, elle a chanté le Requiem de Mozart, et, de Bach, l’oratorio de Noël et les Passions selon Saint Jean et Saint Matthieu. Elle chante la 8e Symphonie de Mahler avec le Netherlands Philharmonic Orchestra et Marc Albrecht, Die Weise von Liebe und Tod des Cornets Christoph Rilke de Frank Martin sous la baguette de Reinbert de Leeuw.

Elena Tsallagova

Soprano

Née à Vladikavkaz, Elena Tsallagova obtient une bourse pour entrer au Conservatoire de Saint-Pétersbourg. Elle chante ensuite au Théâtre Mariinsky et remporte le concours Rachmaninoff. En octobre 2006, elle devient membre du Programme des jeunes artistes de l’Opéra national de Paris, où elle interpréte des rôles comme Despina dans Così fan tutte et le rôle-titre dans La Petite Renarde rusée. De 2008 à 2010, elle est membre de l’ensemble de l’Opéra d’État de Bavière et puis, en 2013, rejoint la troupe du Deutsche Oper de Berlin, où elle interpréte Nanetta, Pamina, Micaela ou Gilda. La saison dernière, elle a fait ses débuts dans le rôle de Violetta et a chanté la Princesse dans une nouvelle production de Der Zwerg. Au cours de la saison 2018-19, elle fait ses débuts au DNO dans le rôle de Mélisande et chante Leïla dans Les Pêcheurs de perles. En 2019-20, elle chante Musetta à l’Opéra national de Paris, la Passion selon Saint Matthieu à Berlin et fait ses débuts à la Semaine Mozart de Salzbourg.

Marc Minkowski © Georges Gobet AFP

Marc Minkowski

Direction musicale

Acteur infatigable de la promotion de la musique classique à travers sa carrière passionnante de chef d’orchestre et d’administrateur artistique, Marc Minkowski est actuellement directeur général de l’Opéra national de Bordeaux. Nommé en 2016, il est étroitement associé à la Semaine Mozart du Festival de Salzbourg depuis 2007. Après s’y être produit pendant plusieurs années, il en est devenu le directeur artistique de 2013 à 2017. En 2017, il a reçu la médaille d’or Mozart de la Fondation du Mozarteum de Salzbourg. Il a ensuite pris le poste de conseiller artistique de l’orchestre de Kanazawa (Japon) en septembre 2018. Marc Minkowski a d’abord étudié le basson avant de se tourner vers la direction d’orchestre. En 1982, il fonde à Paris l’ensemble d’instruments d’époque Les Musiciens du Louvre, qui explore à la fois la musique baroque française et Haendel, avant d’étendre son répertoire à Mozart, Rossini, Offenbach, Bizet et Wagner. Marc Minkowski se produit régulièrement dans les opéras, festivals et salles de concert les plus réputés du monde – à Paris, Aix-en-Provence, Bruxelles, Berlin, Amsterdam, Vienne, Londres, Milan, San Francisco, Zurich, Venise et Moscou. Depuis 1997, il dirige au Festival de Salzbourg (Die Entführung aus dem Serail, Die Fledermaus, Mitridate, Così fan tutte et Idomeneo). Marc Minkowski est également très demandé sur la scène des concerts pour le répertoire symphonique classique et moderne. Parmi les points forts de la saison passée, citons Les Contes d’Hoffmann d’Offenbach à l’Opéra national de Bordeaux et bien sûr Les Huguenots de Meyerbeer au Grand Théâtre de Genève.
Ses principaux projets à l’opéra de la saison 20/21 incluent Mitridate, rè di Ponto avec Les Musiciens du Louvre au Staatsoper de Berlin, dans une nouvelle production mise en scène par Satoshi Miyagi, et Carmen dans une mise en scène de Jean-François Sivadier à l’Opéra National de Bordeaux. En concert, il dirige les Berliner Philharmoniker, l’Orchestre de la radio de Vienne (RSO), l’Orchestre de la NDR Elb Philharmonie et du Liceu de Barcelone.

Robert Wilson

Mise en scène, scénographie, lumières

Robert Wilson est l’un des plus importants praticiens du théâtre contemporain dans le monde. Après avoir étudié l’architecture à Brooklyn et la peinture à Paris, Wilson a fondé le collectif de performance Byrd Hoffman School of Byrds à New York au milieu des années 1960. En 1976, en collaboration avec Philip Glass, il a créé Einstein on the Beach, œuvre invitée à se produire dans le monde entier. Robert Wilson a collaboré avec d’innombrables musiciens, écrivains et interprètes, dont Heiner Müller, Tom Waits, Susan Sontag, Laurie Anderson, William S. Burroughs, Lou Reed, Jessye Norman et Marina Abramović et a mis en scène de grands opéras et pièces de théâtre dans des lieux renommés en Europe. Son adaptation de Der Freischütz, The Black Rider, créée avec Tom Waits et William S. Burroughs, est souvent jouée. Les dessins, peintures et sculptures de Wilson ont été exposés par des musées et des collections privées dans le monde entier et son travail a remporté de nombreux prix, dont un Lion d’or de la sculpture à la Biennale de Venise, et il a été nominé pour le prix Pulitzer. Il est membre élu de l’Académie américaine des arts et des lettres et de l’Académie des arts de Berlin, et est titulaire de huit doctorats honorifiques. La France lui a décerné les titres d’Officier des Arts et Lettres et de Commandeur des Arts et Lettres, et en 2014, l’Allemagne lui a décerné la Bundesverdienstkreuz. Robert Wilson est le directeur artistique du Watermill Center, un laboratoire unique à la fois pour les jeunes artistes et pour leurs collègues plus chevronnés du monde entier.